in

Le 1% le plus riche est responsable de deux fois plus d’émissions de carbone que la moitié de la population la plus pauvre du monde – Technology News, !

Le 1% des personnes les plus riches est responsable de plus de deux fois plus de pollution par le carbone que la moitié la plus pauvre de la population mondiale – 3,1 milliards de personnes – a montré lundi une nouvelle étude.

Malgré une forte diminution des émissions de carbone due à la pandémie, le monde continue de se réchauffer à plusieurs degrés ce siècle, menaçant les pays pauvres et en développement de toute la gamme des catastrophes naturelles et des déplacements.

L’accord de Paris sur le climat de 2015 engage les pays à limiter la hausse de la température mondiale à «bien en dessous» de deux degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Mais les émissions n’ont cessé d’augmenter depuis

Une analyse menée par Oxfam a montré qu’entre 1990 et 2015, lorsque les émissions annuelles ont augmenté de 60%, les pays riches étaient responsables de l’épuisement de près d’un tiers du budget carbone de la Terre.

Le bilan carbone est la limite des émissions cumulées de gaz à effet de serre que l’humanité peut produire avant de rendre inévitables des hausses catastrophiques de température.

63 millions de personnes seulement – le «1%» – ont absorbé 9% du budget carbone depuis 1990, selon une étude menée pour Oxfam par le Stockholm Environment Institute.

Soulignant une «inégalité carbone» toujours croissante, l’analyse a indiqué que le taux de croissance des émissions d’un pour cent était trois fois celui de la moitié la plus pauvre de l’humanité.

« Ce n’est pas seulement que les inégalités économiques extrêmes divisent nos sociétés, ce n’est pas seulement qu’elles ralentissent le taux de réduction de la pauvreté », a déclaré Tim Gore, responsable des politiques, du plaidoyer et de la recherche. AFP.

« Mais il y a aussi un troisième coût qui est qu’il épuise le budget carbone uniquement dans le but de faire croître leur consommation déjà aisés. »

« Et cela a bien sûr les pires impacts sur les plus pauvres et les moins responsables », a ajouté Gore.

L’accord de Paris sur le climat de 2015 engage les pays à limiter la hausse de la température mondiale à «bien en dessous» de deux degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

Mais les émissions ont continué d’augmenter depuis lors, et plusieurs analyses ont averti que sans une économie mondiale complètement ré-outillée donnant la priorité à la croissance verte, les économies de pollution dues à Covid-19 auront un impact atténuant insignifiant sur le changement climatique.

Avec seulement 1C de réchauffement jusqu’à présent, la Terre est déjà confrontée à des incendies de forêt plus fréquents et plus intenses, à des sécheresses et à des super tempêtes rendues plus puissantes par la montée des mers.

Gore a déclaré que les gouvernements doivent placer le double défi du changement climatique et des inégalités au cœur de tout plan de relance de Covid-19.

« Il est clair que le modèle de croissance économique à forte intensité de carbone et très inégale au cours des 20 à 30 dernières années n’a pas profité à la moitié la plus pauvre de l’humanité », a-t-il déclaré.

«C’est une fausse dichotomie que de suggérer que nous devons choisir entre la croissance économique et (réparer) la crise climatique».

Commentant le rapport d’Oxfam, Hindou Oumarou Ibrahim, militante environnementale et présidente de l’Association pour les femmes et les peuples autochtones du Tchad, a déclaré que le changement climatique ne pouvait être combattu sans donner la priorité à l’égalité économique.

«Mes peuples autochtones ont depuis longtemps subi le poids de la destruction de l’environnement», a déclaré Ibrahim.

« Le moment est venu d’écouter, d’intégrer nos connaissances et de donner la priorité à la sauvegarde de la nature pour nous sauver nous-mêmes. »