in

The Handmaid’s Tale 4 : la nouvelle saison arrive sur OCS

June Osborne, son groupe de servantes et leur désir de liberté sont de retour dans la quatrième et captivante saison de The Handmaid’s Tale.

La série record (9 Emmy Awards et 2 Golden Globes), qui a réussi au fil des ans à transposer sur le petit écran un livre puissant comme The Handmaid’s Tale de Margaret Atwood et à en faire un parallèle avec le monde moderne et l’ère Trumpienne, revient pour une quatrième saison. La question que tous les fans se posent est de savoir s’il sera capable de maintenir la grande qualité de narration à laquelle il a habitué le public.

Dès la sortie de la bande-annonce début mars, l’engouement des fans s’est fait sentir, June était vivante et plus combative que jamais. Dans notre critique de The Handmaid’s Tale 3, nous l’avons laissée dans la forêt, décidée à s’échapper après avoir accompli un autre acte héroïque, peut-être son plus grand, en ayant réussi à faire échapper 86 enfants au Canada. Une fois de plus à la croisée des chemins, June ne sait pas si elle doit tout laisser derrière elle ou rester. Comme nous le savons, elle choisit de sacrifier sa liberté et de rester, et la dernière chose que nous voyons est qu’elle est tuée d’un œil et emportée par les autres servantes. Tu as vraiment cru qu’ils pourraient se passer d’elle ?

The Handmaid's Tale (OCS) saison 4 - Bande-annonce

La nécessité de june

Telles sont les prémisses de la quatrième série de The Handmaid’s Tale qui sera diffusée sur Tim Vision à partir du 29 avril : la nécessité de June, son rôle de leader de la rébellion et la confiance que nous avons toujours en elle, qui semble maintenant prête à infliger au système autoritaire de Gilead le même traitement qu’auparavant. Dans sa tentative de sauver tout le monde et d’emmener sa fille Hannah avec elle, June est mise à rude épreuve cette saison, si c’est possible. Elle va se retrouver à réfléchir sur elle-même, sur le sort des autres servantes, en conflit avec ses croyances et son amour, sans oublier le traitement physique éreintant qu’elle doit subir pour survivre.

The Handmaid's Tale 4 : la nouvelle saison arrive sur OCS

Dans les quatre premiers épisodes de la quatrième saison présentés en avant-première, quelques choses changent. D’abord, les ennemis, Joseph Finnes (Fred Waterford) et Yvonne Strahovski (Serena) reviennent, mais ils ont aussi leur lot de problèmes à résoudre. Bien sûr, June est considérée comme la menace prioritaire, mais celle qui lui donnera vraiment du fil à retordre est Ann Dowd, alias la méchante tante Lydia, impitoyable et assoiffée de vengeance. Alors qu’au Canada, ils s’efforcent de l’aider, Alexis Bledel (Emily), Samira Wiley (Moira) et O. T. Fagbenle (Luke) doivent également composer avec la réalité de l’acte héroïque de June, à savoir le bien-être des enfants, qui rejettent d’abord le monde libre et ont le mal du pays, même s’il s’agit d’un régime.

La palette de couleurs si identifiable et appréciée du public est teintée de gris, non seulement les vêtements des servantes en fuite changent, mais la scénographie prend toute une gamme de nuances sombres destinées à identifier la partie de l’histoire dans laquelle nous nous trouvons. Rien n’est accidentel dans The Handmaid’s Tale et les couleurs fortes tardent à arriver, soulignant un tournant nécessaire pour le protagoniste et le récit. .

Entre-temps, The Handmaid’s Tale a déjà été renouvelé pour une cinquième saison ; apparemment, le voyage de June n’est pas encore terminé, mais elle sera inévitablement confrontée à un choix, et la dynamique de la dichotomie victime/victime du scénario devra trouver une conclusion. Comme sa sphère privée et ses deux hommes, Luke et Nick (Max Minghella) ; lequel survivra ? Et Nick sera-t-il toujours loyal envers la rébellion ? Les intentions d’écriture de cette nouvelle aventure semblent vouloir amener tous les nœuds au peigne fin et voir un affrontement dans la cinquième saison. Il est certain que la qualité de la série n’a pas subi de revers et l’épisode réalisé par Elisabeth Moss (le troisième) est parmi les plus passionnants et difficiles à regarder.