Fear Street Part 1 : Le mantra de Josh est le code Konami

AVERTISSEMENT : Ce qui suit contient des spoilers pour Fear Street Part 1 : 1994, disponible sur Netflix maintenant.

Fear Street Part 1 : Le mantra de Josh est le code Konami

Fear Street Part 1 : Le mantra de Josh est le code Konami

Le premier volet de la trilogie de Netflix sur les films d’horreur, Fear Street Part 1 : 1994, offre aux spectateurs un certain nombre de personnages à soutenir. La lesbienne principale, la perfectionniste attachante et même le retour de Robin de Stranger Things dans son centre commercial. Mais l’un des personnages les plus emblématiques et les plus familiers est Josh, l’intello dont les connaissances et la planification sauvent la mise. Une partie de ce qui rend Josh attachant est son anxiété réelle et sa récitation du célèbre code de triche des jeux vidéo, connu sous le nom de code Konami, comme un mantra pour gérer son anxiété. En fait, l’utilisation de ce code fait plus que renforcer son crédit de nerd avec une référence mignonne – c’est un clin d’œil subtil à la puissance d’embrayage que Josh apporte à l’équipe.

Josh est présenté comme le jeune frère ringard de Deena. Caché sous un drap et accédant à l’Internet par ligne commutée, Josh discute avec des membres de salons de discussion pseudonymes plus facilement que ses camarades de classe. Mais ce sont les connaissances de Josh, non seulement en matière de tueurs en série, mais aussi en sorcellerie et en histoire de Shadyville, qui s’avèrent nécessaires. Il est le premier à comprendre que la sorcière veut le sang de Sam, et c’est sa croyance et sa connaissance de la sorcière qui donnent au groupe une chance de se battre.

Le code Konami

Le code Konami est une série particulière d'entrées de jeu vidéo

Le code Konami est une série particulière d’entrées de jeu vidéo : haut, haut, bas, bas, gauche, droite, gauche, droite, B et A. Nommé d’après le développeur de jeux vidéo Konami, le code a été créé par l’employé Kazuhisa Hashimoto pour un portage NES du jeu Gradius en 1986. Lorsque le jeu s’est avéré trop difficile pour être testé facilement, Hashimoto a ajouté un code de triche qui donnait aux testeurs certains bonus pour faciliter le processus. Le code de triche n’a pas été supprimé avant l’expédition, ce qui a permis aux joueurs et pas seulement aux testeurs d’avoir accès à ces bonus, et a été inclus par la suite dans les versions ultérieures de Konami.

Depuis son origine, le code Konami a été intentionnellement incorporé dans les jeux, donnant aux joueurs l’accès à des bonus incroyablement utiles comme des vies ou de l’énergie supplémentaires. Cette pratique est devenue si courante que d’autres sociétés ont commencé à inclure le Konami Code comme un œuf de Pâques, non pas pour aider le joueur mais plutôt pour lui donner accès à différents niveaux ou types de jeu. Les décennies suivantes ont vu le code inséré dans des sites web, déclenchant des réponses de Siri et Alexa et débloquant de nouvelles chansons dans Dance Dance Revolution. Le code est devenu un moyen courant de représenter la connaissance du jeu.

Josh utilise une variante du code Konami original, en terminant sa récitation par “start”. Le code original se terminait après l’entrée “A”, mais certaines variations ultérieures ont intégré cette pression supplémentaire sur le bouton. Dans Contra, le jeu qui a popularisé le Konami Code, les joueurs devaient appuyer sur “start” avant de saisir le code (ou “select start” s’ils jouaient avec des amis). Cette pression supplémentaire est courante et se retrouve dans de nombreuses références au Konami Code dans la culture populaire, notamment dans les paroles de “Anyone Else but You” des Moldy Peaches et dans Wreck-It Ralph.

Josh utilise une variante du code Konami original

Josh est présenté comme un nerd, un utilisateur d’Internet à l’époque de l’accès par ligne commutée et des salons de discussion, lorsque l’accès au Web demandait plus d’efforts et était plus marginal. Réciter le code Konami comme un mantra apaisant est tout à fait logique pour Josh. Il s’agit d’un savoir ésotérique accessible aux marginaux, tout comme les connaissances sur les tueurs en série et la sorcellerie qu’il recueille dans ses salons de discussion. Le code le ramène mentalement dans sa zone de confort – l’ordinateur – et montre au public que ce personnage n’est pas seulement apaisé par les jeux, mais qu’il en connaît même les secrets. C’est cette familiarité que Josh recherche lorsqu’il récite le code après avoir établi un contact visuel avec Katy, son amoureuse, au début du film.

Mais le code Konami est plus qu’une simple référence aux nerds et un moyen d’échapper à l’anxiété sociale. À l’origine, le code était destiné à fournir à son utilisateur une puissance supplémentaire, afin de rendre les niveaux remplis de méchants et de monstres plus faciles à gérer. L’utilisation du code par Josh est un moyen pour lui d’accéder à plus de puissance dans des situations qu’il se sent mal équipé pour gérer. Dans le contexte de Fear Street, trouver quelque chose pour donner plus de courage face au gore du slasher est un geste emblématique. C’est ce pouvoir que Josh utilise lorsqu’il combat les laquais de la sorcière dans la partie finale de Fear Street.

Le fait de voir Josh réciter le code Konami est un joli petit clin d’œil, qui permet de situer Fear Street dans les années 90, époque de l’apogée des jeux sur console, mais aussi d’enraciner le personnage de Josh dans toute sa gloire d’intello. C’est aussi un clin d’œil au danger du film, qui consiste à éviter la mort par tous les moyens, même les codes de triche.

Réalisée et coécrite par Leigh Janiak, la trilogie Fear Street met en vedette Sadie Sink, Kiana Madeira, Olivia Welch, Benjamin Flores Jr, Darrell Britt-Gibson, Ashley Zuckerman, Fred Hechinger, Julia Rehwald, Jeremy Ford et Gillian Jacobs. La première partie : 1994 est disponible dès maintenant sur Netflix, suivie de la deuxième partie : 1978 le 9 juillet et de la troisième partie : 1666 le 16 juillet.