Star Trek Picard : La saison 2 pose de solides fondations dans “The Star Gazer”

Star Trek Stargazer: La saison 2

La première saison de “Star Trek : Picard” était, pour ne pas le dire trop finement, un véritable gâchis. L’insistance du showrunner sur une histoire mal pensée, semblable à une boîte à mystère, ainsi que sa propension frustrante à transformer chaque personnage en meurtrier violent, ont donné un “Star Trek” à la fois maladroit et inapproprié.

Le personnage austère, calme et diplomate de Jean-Luc Picard a été réduit à un rôle secondaire dans un spectacle de torture basé sur des catastrophes et sur une sombre conspiration d’androïdes visant à ouvrir une ouverture vers une autre dimension et à libérer un robot Cthulhu mal défini dans la galaxie pour tuer toute vie organique.

Il n’y avait pas d’esprit ou d’intelligence propre à “Trek” dans la série, et le besoin des showrunners de s’écarter des cadres familiers de “Star Trek” a conduit les spectateurs si loin que “Picard” n’aurait presque pas dû être une série “Star Trek” du tout.

La coda – la conscience de Picard a été transférée dans un corps androïde – n’était qu’une des nombreuses conceptions scientifiques qui supprimaient toutes les règles palpables de “Star Trek”, de la même manière qu’un vaisseau téléportant dans “Star Trek : Discovery” supprimait le trekking de “Star Trek”, ou que le téléporteur transgalactique de “Star Trek” 2009 supprimait complètement le besoin de vaisseaux.

Nous pouvons déplacer les esprits des personnes mortes dans des corps de robots ? Super, maintenant la mort est gérée. On peut cloner des robots en utilisant leurs cerveaux positroniques ? Comment cela fonctionne-t-il, exactement ? Et si les Zhat Vash voulaient détruire toute vie artificielle dans la galaxie, leur plan n’était-il pas… incroyablement stupide ?

À la lecture de mes interminables jérémiades, un lecteur pourrait comprendre que j’aborde la deuxième saison de “Star Trek : Picard” avec une bonne dose de scepticisme. Disons même un convoi entier de scepticisme.

Il y avait peu de raisons de croire que la deuxième saison ne se pencherait pas sur le même type d’intrigue mystérieuse et vague que la première saison, tout en continuant à oublier que “Star Trek” tire sa force de la clarté de l’intrigue, des histoires basées sur des missions et d’un effort concerté pour éviter la violence et le meurtre. Quel soulagement, donc, de découvrir que le premier épisode de la deuxième saison de “Star Trek : Picard” – intitulé “The Star Gazer” – n’est pas seulement une nette amélioration, mais presque une correction de trajectoire à 180 degrés.

Il n’y aura plus de Picard

Star Trek: Picard saison 2
La première saison de “Picard” – qui se déroule environ 20 ans après les événements de “Star Trek : Nemesis” – commençait avec un nouveau concept : la Fédération avait évolué vers quelque chose d’un peu plus sinistre et xénophobe, en refusant délibérément d’aider les Romuliens lors d’une crise planétaire majeure (clairement conçue comme une métaphore du Brexit et de l’intolérance de l’Amérique de Trump). Picard (Patrick Stewart) a quitté Starfleet en signe de protestation et a traversé les événements de la saison sans l’imprimatur ou l’aide de Starfleet.

Lire aussi  CBS All Access fait ses débuts dans Star Trek: Scène d'ouverture des ponts inférieurs

D’un point de vue narratif, cela a forcé Jean-Luc Picard à agir en tant qu’agent libre et a permis aux spectateurs de voir quel genre d’action il entreprendrait en dehors de l’uniforme. D’un point de vue thématique, cela n’a fait que mettre en avant des idées inexplorées d’intolérance qui n’ont jamais été abordées ou défaites, sauf pour montrer que l’intolérance peut conduire à libérer un robot Cthulhu dans la galaxie.

La deuxième saison semble heureusement avoir ignoré l’idée que la Fédération est maintenant intolérante, pour revenir à un endroit plus réconfortant et familier où la Fédération peut à nouveau se présenter comme une organisation pacifique et pleine d’espoir. En effet, en semblant faire un bond en avant de quelques années, tous les personnages semblent commencer dans un lieu de stabilité professionnelle.

Le capitaine Rios (Santiago Cabrera) est à nouveau un capitaine de vaisseau en uniforme. Le Dr Jurati (Alison Pill) a été innocentée des accusations de meurtre et a retrouvé son poste. Raffi (Michelle Hurd) a retrouvé son uniforme et se demande maintenant si elle aura l’occasion de sortir avec Seven of Nine. Et Elnor (Evan Evagora) vient tout juste d’être diplômé de l’Académie Starfleet (les drapeaux de la cérémonie de remise des diplômes révèlent même que Bajor et les Klingons sont devenus membres de la Fédération).

Même Soji (Isa Briones) semble avoir décroché un poste de diplomate, puisqu’on la voit dîner avec un groupe de Deltans (l’espèce d’Ilia dans “Star Trek : The Motion Picture”). Seule Seven of Nine (Jeri Ryan) est dans un endroit sombre, car elle est toujours essentiellement une violente aventurière de l’espace, bien que dans sa scène d’introduction, elle combatte de méchants pirates et livre une cargaison indispensable à une planète dans le besoin – une chose très “Star Trek” à faire. Picard, quant à lui, est de retour à son vignoble, s’occupant joyeusement des raisins, ne revêtant qu’occasionnellement son uniforme d’amiral pour s’adresser aux cadets diplômés de Starfleet. En bref, tout va pour le mieux.

Lire aussi  Star Trek Saison 3: Qu'est-ce qui ne va pas?

Sauf, nous le voyons, la mortalité croissante et la solitude omniprésente de Picard. La série commençant dans un endroit familier et confortable, le public a la possibilité de voir comment sont réellement les personnages, plutôt que de foncer tête baissée avec eux dans des situations de crise.

Ainsi, nous sommes en mesure de revenir sur une notion de Picard mentionnée pour la première fois dans “Star Trek : Generations” : qu’il est le dernier de sa famille. Le frère et le neveu de Picard sont morts brûlés dans un incendie dans “Generations” et nous avons vu plus tard que l’un des fantasmes ultimes de Picard était simplement d’avoir un foyer rempli d’enfants et une femme aimante.

Picard a maintenant “environ un siècle” d’âge, et après avoir presque admis ses sentiments romantiques envers sa colocataire/servante de longue date, Laris (Orla Brady), il se réjouit de vivre seul ses dernières années. C’est déjà un regard beaucoup plus profond sur Picard que tout ce qui a été fait dans la première saison.

Une base de crise personnelle

Star Trek: Picard saison 2

Pour souligner sa solitude, Picard rend visite à Guinan (Whoopi Goldberg), qui est toujours en vie et qui n’a que très peu vieilli – l’espèce de Guinan a une longévité incroyable. Ignorant l’idée stupide qu’elle est barmaid dans un immeuble situé au 10 Forward Ave. (le soupir), Guinan connaît suffisamment Picard pour souligner qu’il n’a jamais rempli son cœur. En effet, tout au long de “Star Trek”, Picard a porté un cœur artificiel (grâce à une bagarre de bar avec des Nausicaans alors qu’il était récemment diplômé de l’Académie), et maintenant il a un corps entièrement artificiel. Le manque d’amour et de romance dans la vie de Picard, nous pouvons l’accepter, est devenu un préjudice.

Avec une histoire émotionnelle solidement établie et un cadre qui devrait donner l’impression d’être vécu aux Trekkies, ce n’est que maintenant que nous sommes invités à faire tourner l’histoire dans des endroits sauvages. La deuxième saison de Picard fait quelque chose de très vital pour le tissu de toute série télévisée, et particulièrement pour la force de tout début de série : Établir un statu quo. Je me fiche de savoir qui vous êtes en temps de crise. Mais qui êtes-vous au quotidien ? Quelles sortes de choses vous préoccupent à un niveau micro ? Ainsi, lorsque les Borgs creusent un nouveau trou dans l’univers, nous comprenons qui et où sont nos personnages les uns par rapport aux autres avant qu’ils ne s’occupent de la crise.

Lire aussi  Star Trek: The Next Generation - Les chefs de studio avaient peur des histoires et des arcs de personnages

C’est si simple, et pourtant si nécessaire. Cela rend la série plus forte.

L’histoire

L'histoire de star Treck picard

A propos de ce trou dans l’espace. L’histoire de la saison 2 commence lorsqu’un colossal trou de l’espace négatif apparaît dans le ciel et, mystérieusement, demande Picard par son nom d’une voix forte, étrange et métallique. Picard rassemble quelques membres de l’équipe et part enquêter à bord du vaisseau du Capitaine Rios, l’U.S.S. Stargazer. Le Stargazer était, comme les Trekkies s’en souviennent, le nom du premier vaisseau que Picard a commandé avant son passage sur l’Enterprise.

Ce ne sera pas la seule référence à la contemplation des cieux. Un vaisseau Borg apparaît à travers le trou spatial et un mystérieux Borg – sans visage et vêtu comme un cénobite de “Hellraiser” – commence à assimiler le vaisseau et à prendre le contrôle d’une flotte entière à distance (une capacité qui n’avait jamais été vue chez les Borgs). La conflagration conduit à une explosion massive ! … et Picard se réveille dans son lit, chez lui.

Mais… ce n’est pas chez lui. Laris n’est pas là, il a un esclave robot, il porte un uniforme noir, et il y a des armes partout dans sa maison. Puis, de façon surprenante, le dieu farceur Q (John de Lancie), propre à “Star Trek”, apparaît de nulle part. Q, un être immortel, se vieillit facilement jusqu’à l’âge de John de Lancie dans la vraie vie, et explique que Picard est en train de subir un autre test pour évaluer la capacité de l’humanité à dépasser le fascisme ; de tels tests sont le pain et le beurre de Q. “Bienvenue à la fin”, dit-il. “Bienvenue à la toute fin”, dit Q, “de la route non empruntée”. Mystérieux, intriguant, et plein de fan service sans être précieux.

Des armes ? Picard en uniforme militaire ? Picard dans une époque où règne le fascisme ? Le fait de placer la deuxième saison de “Picard” dans un univers qui a succombé au fascisme – tout en restant proche d’une ligne temporelle où nous semblons l’avoir évité de justesse – est certainement une déclaration politique de l’ère post-Trump. Les choses peuvent revenir “à la normale” au sens de Biden, mais à quel point cette “normale” est-elle proche d’une ligne temporelle fasciste alternative ? Peut-être plus proche que nous le pensons.

Quoi qu’il en soit, la série a établi une base solide et nous devrons surveiller de près cette métaphore politique à mesure que nous avancerons.