in

Greenleaf Saison 5 Episode 8 Critique

– Publicité –

– Publicité –

Greenleaf Saison 5 Episode 8 Remerciements: Le point culminant de la suite du drame de Megachurch se vérifie, c’était constamment l’histoire de Grace.

Peut-être que la plus belle facette qui convenait vraiment à l’avantage de la fin est qu’il n’y avait pas d’avancées rapides vers une fortune assez proche ou même un épilogue détaillé.

Spoilers du spectacle

La suite très attendue de la fin de la saison 5 de Greenleaf s’est finalement déroulée et c’était encore une fois une représentation compliquée de la force qui les contraint conjointement, Grace Greenleaf.

C’est peut-être la description de Merle Dandridge de la fille débauchée, mais c’était à peine l’évêque James (joué par Keith David) cette fois.

C’était Lady Mae (jouée par Lynn Whitfield) qui la remerciait et à haute voix pour la seule chose qu’elle avait supplié sa fille de ne pas faire, cogner les troubles dans sa paix.

Une disparition, un sermon, de la musique et un adieu plus tard, tout est une suite de deja vus pour le point culminant. Au milieu du calme d’un océan plein de chagrin, alors que Grace s’éloigne vers une fortune à New York, la finale de «  Greenleaf  » retombe finalement à ses origines, le terminant avec son voyage illimité et le retour de la famille à Dieu.

Le point culminant, Greenleaf Saison 5 Episode 8, se débloque avec la douloureuse réalisation de l’évêque ayant expiré. Allongée dans son lit, Lady Mae est à ses côtés alors qu’elle lui fait ses adieux ultimes. Puis elle se dirige vers le reste de la famille et ils savent ce qui arrive.

Tout au long de la foire familiale durable de la foi et du désastre, la disparition de son père a peut-être été une révélation pour Grace. Elle a décollé pour suivre une ambition et s’est exercée à être juste Grace Greenleaf et rien de plus.

Toute cette propension à résoudre des problèmes, quel que soit le problème, voit son augmentation une dernière fois alors que Grace a rendu son palais à sa famille.

Bien sûr, Grace a dû tout réviser et après cinq saisons, il suffit de nous rappeler comment l’histoire a commencé avec elle, et malgré les discours en plein essor de l’évêque et l’anti-héroïne de Lady Mae a pivoté la croissance de l’armure de la matriarche en brillant, il est toujours resté à peu près. La grâce. Les quelques minutes qui ont suivi la disparition de l’évêque ont été un suivi satisfaisant des moments ultimes qu’ils ont vécus ensemble lors du dernier incident.

L’au revoir est aussi sentimental que l’on peut l’anticiper d’un «propre» spectacle, et les funérailles dans la cour de la famille sont peut-être l’un des moments les plus sublimes de l’exposition.

Whitfield fait un maximum de ses commentaires et de sa conversation à travers des sourires, des larmes et de petits hochements de tête saillants. S’il y a quelqu’un qui aurait dû être le maître de l’exposition, si Grace n’intervenait pas dans tous les cours, c’est Lady Mae et tout cela est le prestige de Whitfield.

Enfin, à la fin, alors que l’histoire se termine, nous apercevons que Grace revient encore plus puissante avec une fortune qui se glorifie de toutes les responsabilités actuelles de prise de pouvoir que sa mère a dû assumer.

S’efforçant de démêler chaque indication, chaque partie du mystère, de récupérer leur maison, de rassembler le ménage et, finalement, même de se libérer pour son excursion laissant des souhaits probables pour un spin-off, il est toujours resté à propos de Grace, avec des hochements de tête prudents. à ses frères et sœurs dans l’apogée de la suite.

– Publicité –

No tags for this post.