Facebook, Instagram et WhatsApp viennent d’être mis hors ligne

Au milieu d’une liste déjà longue de maux de tête, Facebook en a subi un autre lundi : une panne qui a mis hors service son site éponyme, ainsi qu’Instagram, WhatsApp et Messenger.

Depuis tôt lundi matin, les visiteurs du réseau social Facebook et du service de chat Messenger sont accueillis par un message disant “Désolé, un problème est survenu.” Pendant ce temps, une visite du service de partage de photos et de vidéos Instagram conduit à un message “5xx Server Error”, tandis que WhatsApp affiche une invite “Connecting to WhatsApp” sans le faire réellement.

Selon le service de suivi de l’activité sur Downdetector, les utilisateurs ont commencé à soumettre des rapports de panne concernant Facebook à partir de 11 h 30 environ (heure de l’Est).

Le porte-parole de Facebook, Andy Stone, a confirmé la panne en déclarant sur Twitter que la société “s’efforce de rétablir la situation aussi rapidement que possible et nous nous excusons pour tout désagrément”.

Cette panne survient un jour après la diffusion de l’interview de la dénonciatrice de Facebook, Frances Haugen, dans l’émission d’information télévisée 60 Minutes. Mme Haugen s’est révélée publiquement dans l’émission comme la dénonciatrice qui a divulgué une série de recherches internes explosives sur Facebook au Wall Street Journal et aux législateurs, détaillant dans quelle mesure le géant des médias sociaux savait que ses services étaient utilisés pour diffuser des informations erronées et qu’ils contribuaient à des problèmes de santé mentale négatifs chez certaines adolescentes.

Mme Haugen a allégué dans l’interview que Facebook avait prématurément désactivé certaines mesures de protection destinées à empêcher la diffusion de fausses informations et de contenus offensants peu après l’élection présidentielle américaine de 2020. En conséquence, elle a allégué que Facebook a joué un rôle important dans l’ensemencement des graines des violentes émeutes du Capitole le 6 janvier, au cours desquelles les partisans de Trump ont pris d’assaut le Capitole.

Facebook a minimisé l’importance des documents de la lanceuse d’alerte, sans doute la crise la plus importante de l’entreprise depuis le scandale Cambridge Analytica en 2018.

“Les médias sociaux ont eu un grand impact sur la société ces dernières années, et Facebook est souvent un lieu où se joue une grande partie de ce débat”, a déclaré Nick Clegg, vice-président de Facebook chargé des politiques et des affaires publiques, dans un mémo adressé aux employés et rapporté par le New York Times. “Mais les preuves dont nous disposons n’étayent tout simplement pas l’idée que Facebook, ou les médias sociaux de manière plus générale, sont la cause première de la polarisation.”