in

Examen du volume 2 des mystères non résolus: le redémarrage convient à un pied plat plus qu’un bigfoot

La police a jugé que la mort de Wheeler était un homicide, l’enquête était de haut niveau. La victime a travaillé avec trois administrations présidentielles, était un planificateur principal pour Amtrak et a siégé à la Securities and Exchange Commission tout en cachant son propre trouble bipolaire. Son meurtre n’est toujours pas résolu à ce jour. Mystères non résolus suit son chemin à travers la surveillance de la technologie moderne. Wheeler a été repéré sur les images de la caméra de sécurité la nuit avant sa mort. Les enquêteurs et les membres de sa famille le regardent se promener dans les immeubles de bureaux, l’air inhabituellement échevelé et agité. Comme la plupart des versements, la technologie n’est pas sans problèmes, et la plupart des cas se concentrent sur au moins un exemple de temps non comptabilisé dans la chronologie.

Mystères non résolus ne s’attarde pas sur les problèmes systémiques des enquêtes et des organes d’enquête. Il ne s’agit pas de corriger les condamnations injustifiées. Il s’agit d’histoires d’horreur de questions sans réponse. Un épisode peut être reporté, au moins partiellement, à une interruption de la procédure policière: un condamné qui s’est échappé à travers une fissure dans la paperasse. «Death Row Fugitive», réalisé par Robert M. Wise et Clay Jeter, est centré sur le récidiviste Lester Eubanks. Il a avoué avoir tué une jeune fille de 14 ans à Mansfield, Ohio, dans les années 1960, et a été condamné à mort. Lorsque la peine de mort a été abolie en 1972, il a intégré un programme de travail qui lui permettait de quitter la prison. Il s’est échappé en 1973, alors qu’il était en congé temporaire pour faire les courses de Noël.

La torsion dans cette affaire est que, vingt ans après l’évasion, un enquêteur se trouve juste à chercher l’ancienne affaire pour voir s’il y a une mise à jour et trouve que les archives du crime ne contiennent rien. Les fichiers n’ont jamais été entièrement traités. Il rattrape le temps perdu, s’occupe de l’affaire Les plus recherchés d’Amérique, mais après tant de temps, la piste est froide et l’épisode est simplement tiède.

Le cas le plus triste est peut-être «Stolen Kids», réalisé par Jessica Dimmock. Christopher Dansby, deux ans, a été arraché du parc Martin Luther King, Jr. sur Lenox Avenue à Harlem le 18 mai 1989. Trois mois plus tard, Shane Walker, un an, a disparu dans le même quartier. La police soupçonne que les disparitions pourraient conduire à un réseau de vente de bébés. Il n’y a eu aucune trace de Christopher ou de Shane depuis près de 25 ans. Mystères non résolus traite les cas avec sensibilité, mais ne peut éviter le sensationnalisme sous-jacent des implications.

Le premier volume est allé à l’étranger pour de sombres intrigues internationales, comme l’épisode «Maison de la terreur» qui est allé en France pour couvrir les meurtres de Dupont de Ligonnès. Le volume 2 retrace un cas au Brésil, un décès à Oslo, en Norvège, et les fantômes du tsunami au Japon.

No tags for this post.