in

Doom Patrol Saison 2 et le début de quelque chose de grand

L’un des avantages des situations dans lesquelles nos personnages se trouvent est que tant de temps s’est écoulé. Ce ne sont pas une vingtaine d’années. Ce ne sont pas des Peter Parkers, pour ainsi dire. Ils ont beaucoup d’histoire, avant et après l’accident. Lorsque nous présentons un personnage comme Dorothy, qui devient une fille de substitution pour le groupe cette saison, il s’ensuit naturellement que chacun d’eux – en essayant de grandir – affronte ses propres traumatismes en tant qu’enfants, de ses parents ou quand ils étaient les parents eux-mêmes. Et nous travaillons très soigneusement pour nous assurer qu’il y a un équilibre dans chaque histoire que nous racontons, du profane, à l’absurde, à l’affectif, au profondément traumatisant. L’équilibre est quelque chose dont nous sommes toujours conscients.

Pour la deuxième saison, et avec Dorothy en particulier, dans quelle mesure tenez-vous compte des arcs de la bande dessinée?

En ce qui concerne Dorothy, l’une des principales façons dont nous avons ajusté son personnage pour l’adapter à la version télévisée est l’explication que ses parents étaient le chef et Slava, le [primitive woman] il en est tombé amoureux en 1913 environ. Ce fut le changement le plus important par rapport aux bandes dessinées. Avec ce changement, il est naturel que son arc global s’adapte également. Nous rendons hommage à de nombreux amis imaginaires qu’elle s’est faits dans les bandes dessinées.

Dans la première saison, Alan Tudyk en tant que Mr.Nobody a littéralement mis en place ce monde, et a été le principal gros méchant. Avant la deuxième saison, avez-vous regardé une série de méchants, ou y a-t-il un ennemi dominant?