Des scientifiques de la NASA retracent les particules d’énergie solaire jusqu’à leur source

Les humains qui travaillent et vivent dans l’espace sont confrontés à des dangers et des défis potentiels qui sont inconnus ici sur terre. L’un des défis posés par le Soleil aux astronautes travaillant dans l’espace sont les particules appelées particules d’énergie solaire ou SEP. Ces minuscules particules se déplacent presque à la vitesse de la lumière et ont la capacité d’atteindre la Terre depuis le Soleil en moins d’une heure. Les particules ont également la capacité de détruire l’électronique dans les vaisseaux spatiaux et posent un risque pour la santé des astronautes.

L’apparition des SEP est extrêmement difficile à prévoir, en partie parce que les scientifiques ne savent pas exactement d’où ils proviennent du Soleil. Cependant, une nouvelle étude a pu retracer les rafales de SEP jusqu’au soleil et a pour la première fois éclairé la réponse à cette question. La scientifique Stephanie Yardley affirme que les chercheurs ont pu identifier pour la première fois les sources spécifiques de ces particules énergétiques.

Yardley estime que la compréhension des régions sources et des processus physiques qui produisent des SEP pourrait conduire à une meilleure prévision des événements. Les chercheurs savent que les SEP peuvent émaner du soleil dans n’importe quelle direction et qu’il est difficile d’en observer un dans l’espace. L’observation de ces particules dans l’espace est l’une des principales fonctions de l’observatoire du système héliophysique de la NASA.

Les scientifiques ont divisé les événements SEP en deux grandes catégories: impulsifs et progressifs. Les événements impulsifs se produisent après les éruptions solaires et sont des éclairs lumineux sur le soleil produits par des éruptions magnétiques brusques. Les SEP progressifs durent plus longtemps et peuvent parfois durer des jours. Ils sont généralement générés en grands essaims, ce qui en fait un risque plus important pour les astronautes ou les satellites.

Les SEP progressifs sont repoussés par l’arrière par des éjections de masse coronale, de grands panaches de matière solaire flottant dans l’espace comme un raz-de-marée. Les chercheurs ont retracé les événements progressifs du SEP de janvier 2014 à leurs origines sur le soleil. Ils ont pu montrer que les événements avaient une empreinte digitale spécifique, ce qui signifie un mélange de particules différent de celui que l’on trouve généralement dans le vent solaire. L’équipe a déclaré que les SEP s’étaient en quelque sorte libérés des fortes boucles magnétiques connectées au soleil aux deux extrémités. La découverte a soulevé de nouvelles questions pour les travaux futurs, mais l’identification de leur source est une première étape cruciale.

No tags for this post.