in

Xiaomi nie ses liens avec l’armée chinoise et qualifie la décision américaine d ‘inconstitutionnelle

L’un des derniers actes de l’administration Trump à la mi-janvier a été de déclarer le fabricant chinois de smartphones Xiaomi une «entreprise militaire communiste chinoise». La décision du ministère de la Défense (qui est différente de l’interdiction d’exportation du ministère du Commerce contre Huawei) interdit les citoyens américains. de détenir des actions de Xiaomi ou d’autres investissements à partir du 15 mars 2021. Ce week-end, Xiaomi a publié une réponse à la décision, qui s’est présentée sous la forme de plaintes juridiques aux départements de la Défense et du Trésor des États-Unis.

Guerre commerciale! États-Unis contre Chine

Voir plus d’histoires La plainte de Xiaomi est maintenant adressée aux nouveaux secrétaires de la Défense et du Trésor nommés par Biden, affirmant que la décision était « factuellement incorrecte et a privé l’entreprise d’une procédure régulière ». Xiaomi qualifie la décision d ‘«illégale et inconstitutionnelle», nie être contrôlée par l’armée chinoise et aimerait voir la décision annulée.

Comme le rapporte Reuters, Xiaomi dit qu’un « nombre substantiel » de ses investisseurs sont des citoyens américains – y compris trois des dix principaux actionnaires d’actions ordinaires – et que la décision causerait « un préjudice immédiat et irréparable à Xiaomi. » La société poursuit,  » De plus, l’association publique de Xiaomi avec l’armée chinoise affectera considérablement la réputation de l’entreprise auprès des partenaires commerciaux et des consommateurs, causant des torts à la réputation qui ne peuvent être facilement quantifiés ou réparés. »

Xiaomi a eu une introduction en bourse en 2018 et est aujourd’hui l’une des sociétés de smartphones les plus précieuses au monde, avec une capitalisation boursière de 96 milliards de dollars. Jusqu’à cette décision, Xiaomi avait été un grand gagnant dans la guerre du gouvernement contre Huawei, en récupérant une part de marché qui avait été abandonnée par Huawei après l’interdiction d’export étouffante. Dans le monde entier, l’IDC place Xiaomi au troisième rang des parts de marché des smartphones, derrière Samsung et Huawei et devant Apple.