Google présente ‘Pathways’, la nouvelle génération d’intelligence artificielle

La nouvelle intelligence artificielle de Google serait capable de traiter des “sens multiples” et de réduire ainsi les biais des modèles actuels.

Pathways, l'architecture d'intelligence artificielle de nouvelle génération de Google

Les progrès de l’intelligence artificielle (IA) ne s’arrêtent pas. Aujourd’hui, les algorithmes sont à l’origine de nombreuses tâches quotidiennes. Qu’il s’agisse de prendre une bonne photo avec un téléphone portable ou de demander quelque chose à un assistant virtuel. Google l’utilise depuis 20 ans et est maintenant prêt à exploiter toute cette expertise dans une architecture de nouvelle génération appelée Pathways.

Google a commencé à s’intéresser à l’intelligence artificielle en 2001. À l’époque, une technique d’apprentissage automatique lui permettait de fournir des résultats précis, même si les utilisateurs avaient mal saisi le terme recherché. Ce fut le point de départ du déploiement de la quasi-totalité de ses services et applications. Mais pendant toute cette période, la même méthode de formation a été utilisée.

Pour chaque problème, par exemple le spam, un nouveau modèle d’intelligence artificielle est formé à partir de zéro. En d’autres termes, au lieu d’étendre les enseignements tirés des solutions précédentes, on crée de nouvelles solutions très spécifiques, gourmandes en ressources et en temps. Si cette méthode s’est avérée extrêmement utile jusqu’à présent, elle n’est pas entièrement efficace et une évolution est nécessaire.

Pathways, prêt pour les défis d’aujourd’hui

“Imaginez que, chaque fois qu’il apprend une nouvelle compétence (sauter à la corde, par exemple), il oublie tout ce qu’il a appris (comment s’équilibrer, comment sauter, comment coordonner le mouvement de ses mains) et commence à apprendre chaque nouvelle compétence à partir de zéro”, illustre Google en référence aux méthodes actuelles de formation des intelligences artificielles.

Le résultat de tout cela ? Des milliers de modèles de résolution de problèmes très spécifiques. Mais cela pourrait prendre fin avec l’architecture Pathways. Elle est capable de former “un seul modèle à faire des milliers ou des millions de choses”, alors que l’approche actuelle est très individualisée. Et, comme il ne doit pas repartir de zéro à chaque fois, il serait beaucoup plus efficace que les anciennes méthodes.

Google affirme que Pathways peut “exploiter et combiner ses compétences existantes pour apprendre de nouvelles tâches plus rapidement et plus efficacement”. L’entreprise considère cette intelligence artificielle en architecture comme le cerveau des mammifères. C’est-à-dire qu’il peut gérer de nombreuses tâches différentes. Du plus simple au plus complexe.

Google et une intelligence artificielle aux « sens » multiples

Les modèles actuels d’intelligence artificielle, en plus d’être très spécifiques, se concentrent sur un seul “sens”. C’est-à-dire qu’ils ne traitent qu’une seule modalité d’information à la fois. Ils peuvent recevoir du texte, des images ou de la voix, mais individuellement, ce qui limite leur capacité à traiter certaines tâches et présente des biais.

Cependant, Pathways cherche également à dépasser les limites des modèles actuels. Pour ce faire, elle travaille sur un modèle multimodal qui pourrait permettre un traitement visuel et auditif simultané. Ainsi, le système de Google pourrait identifier un léopard s’il voit une vidéo de l’animal en train de courir, s’il l’entend, s’il lit le mot “léopard” ou si quelqu’un dit “léopard”.

Grâce à des avancées comme celle dévoilée aujourd’hui, l’intelligence artificielle pourrait contribuer à relever des défis tels que les maladies, les inégalités et le changement climatique, selon Google. En effet, la société travaille également d’arrache-pied sur son modèle unifié multitâche (MUM), qui a déjà montré qu’il était capable d’être très utile pour améliorer les résultats de recherche.