Toyota va développer ses propres batteries pour ses futures voitures électriques

La mobilité électrique occupe une place croissante sur le marché automobile mondial. Et l’appel d’offres entre les entreprises n’est pas seulement de voir qui produit les meilleures voitures ; il englobe également le développement de nouvelles technologies pour les responsabiliser, et les batteries occupent un espace central. Pour cette raison, Toyota a annoncé un investissement de plusieurs millions de dollars pour promouvoir la fabrication et la distribution de batteries pour voitures électriques, afin de s’imposer à l’avenir comme un leader mondial du secteur.

D’ici 2030, Toyota allouera 13,5 milliards de dollars au développement des batteries elles-mêmes, ainsi que d’un système d’alimentation pour celles-ci. De plus, la société japonaise s’est fixé comme objectif que ses batteries pour voitures électriques sont moins chers et, en même temps, plus efficaces.

Tel que publié ., le constructeur automobile vise à réduire le coût de ses batteries un « 30 % ou plus ». Pour y parvenir, Toyota va approfondir l’étude des matériaux utilisés pour les fabriquer, et la façon dont les cellules sont structurées. Mais ce n’est pas tout, puisqu’ils promettent également d’optimiser de 30 % la consommation d’énergie électrique par kilomètre.

Cela a été précisé par le chef technologique du constructeur automobile, Masahiko Maeda, en évoquant les travaux qu’ils entendent mettre en œuvre à partir du Toyota bZ4X, leur plus récent concept de SUV électrique.

Toyota n’oublie pas les batteries à semi-conducteurs pour les voitures électriques

Toyota

La mission de Toyota avec ce nouvel investissement de plusieurs millions de dollars concerne également promouvoir le développement des batteries à l’état solide. Ce n’est pas vraiment nouveau, puisque le constructeur automobile japonais travaille sur ce nouveau type d’accumulateurs depuis au moins mi-2017.

Cependant, le remplacement potentiel des batteries lithium-ion semble encore à mi-chemin de devenir une réalité. Toyota affirme que les batteries à semi-conducteurs se chargent plus rapidement, sont plus sûres et peuvent gérer une densité d’énergie plus élevée ; mais n’ont pas encore touché la touche avec le matériel nécessaire afin qu’ils offrent une durée de vie similaire à celle des accumulateurs utilisés dans les voitures électriques actuelles.

Quoi qu’il en soit, Masahiko Maeda assure que la production en série de ce nouveau type de batteries est toujours dans les plans pour le milieu de la décennie en cours. On verra si l’optimisme de l’entreprise s’accorde avec l’intention d’électrifier l’ensemble de son catalogue avant 2025.