in

Arsène Wenger : « Si le bonheur, c’est d’aimer la vie que l’on mène, Alors je suis heureux ».

Dans une interview exclusive accordée à L’Équipe avant la sortie de son autobiographie, intitulée « Ma vie en rouge et blanc », disponible dans tous les magasins et en ligne à partir du 13 octobre, Arsène Wenger a abordé une multitude de sujets.

Quel effet cela a-t-il eu sur vous, de mettre des mots sur votre vie de manager, et sur votre vie ?

Au début, c’était ennuyeux, frustrant, parce que le passé était tout embrouillé dans ma tête. Quand on est manager, on est toujours tourné vers l’avenir, on ne regarde pas beaucoup en arrière. Ici, j’ai dû faire un effort pour regarder ce qui s’est passé dans ma vie. Et ça, c’est nier son avenir. Ce n’était pas facile, mentalement. Au début, je ne voyais pas vraiment l’intérêt de raconter ma vie à nouveau. Mais il est devenu de plus en plus difficile de dire non, et j’étais dans une période où je n’étais pas non plus incroyablement occupé. Je l’ai donc fait au moins pour ma famille. Je me suis dit qu’un jour, quelqu’un se demandera : qu’a fait ce vieux monsieur ?

Vous décrivez votre éducation en Alsace sans dirigeants de football et sans tracteurs…

J’ai plus souffert de l’absence d’un tracteur que de l’absence d’un directeur ! Avec le recul, il est difficile d’imaginer ne pas avoir de manager avant l’âge de 19 ans et finir ensuite par passer sa vie dans le football. En tout cas, c’est vraiment ce qui s’est passé. J’ai joué dans mon village. Pendant longtemps, il n’y avait pas d’éclairage, donc je ne pouvais pas m’entraîner le soir. Nous jouions le dimanche, après la messe.

Vous avez un attachement pour votre lieu de naissance, mais vous vouliez partir le plus vite possible ?

Je pense souvent à cela. Mon frère a eu la même éducation et n’est pas parti. Était-ce en moi ? J’étais curieuse. Il y a quelque chose que je ne mentionne pas dans le livre : à 25 ans, je suis parti avec un ami en Hongrie pour voir comment fonctionnait le bloc communiste, et je suis revenu avec l’idée qu’il allait s’effondrer. J’ai eu l’idée de découvrir le monde et je me pose encore la question aujourd’hui, alors que nous sommes confrontés à des différences culturelles que certains trouvent difficiles à vivre : dans une équipe de football, le racisme n’a jamais été un problème, ni les différences culturelles. Pourtant, dans la vie réelle, les différences culturelles, à long terme, seront beaucoup plus difficiles à combattre que le racisme.

Avec le recul, qu’aviez-vous que les autres n’avaient pas pour avoir cette vie ?

Je ne pense pas que j’avais quelque chose de plus. J’ai eu la chance d’être passionnée et de rencontrer des gens qui ont cru en moi à différentes étapes de ma vie. Mais j’ai aussi eu une vraie passion, qui existe encore aujourd’hui. Quand je me lève le matin et qu’il y a un bon match à regarder le soir, ce n’est pas le même genre de journée pour moi.

Dans une interview, vous avez dit que les jeunes footballeurs, pour convaincre, il fallait dire que vous étiez un étudiant (du jeu), mais qu’aujourd’hui, il faut dire le contraire…

Quand j’étais jeune, on pensait qu’un sportif était intellectuellement limité. Nous avons réussi à accomplir un miracle, en plaçant les intellectuels dans le sport, si bien qu’ils ne savent plus si nous sommes des idiots ou non (sourires). Moi, on me surnommait « Le Professeur » parce que j’avais des lunettes, mais un manager, par définition, n’est pas un intellectuel pur : il faut avoir des idées claires, mais surtout les transmettre à ses joueurs, qu’il les montre, qu’il les convainque. Les idées ne suffisent pas.

Pourquoi n’êtes-vous plus manager ?

Parce que, quelque part, j’ai fait mon travail d’une manière unique qui n’existe plus dans le monde. En Angleterre, il m’était difficile d’aller ailleurs, j’ai refusé. Et en même temps, j’avais 70 ans, et je me demandais si je n’allais pas entrer dans un combat de trop. D’ailleurs, on me le faisait sentir parfois. J’avais en quelque sorte devant moi l’exemple de Guy Roux, qui a quitté Auxerre après un long séjour (en 2005, après 44 ans au club), et il n’était pas heureux (à Lens).

Guy Roux, en fait, a dit un jour que l’énergie d’un manager est une sorte de libido, et que quand elle baisse, il faut s’arrêter…

Je n’en étais pas encore à ce stade, même si parfois on ne s’en rend pas compte. Les choses qu’un manager ne peut plus faire, il n’a plus besoin de les faire, aujourd’hui. Il y a tellement d’assistants ! Vous pouvez toujours vous convaincre que vous compensez la diminution de la force physique par une meilleure anticipation des problèmes. Il faut vraiment de la force physique pour faire ce travail, oui, mais ce n’est pas la raison principale : je n’ai jamais fait de pause, et après 36 ans passés sur la ligne de touche, j’avais besoin de réfléchir. C’est évidemment cette relation unique avec Arsenal (entre 1996 et 2018) qui a rendu plus difficile le passage d’un club à l’autre. Aujourd’hui, je me demande si j’ai eu tort de ne pas prendre Lyon, en mai 2019, quand on me l’a proposé.

Pourquoi avez-vous refusé Lyon ?

Je n’étais pas prêt. Il me semblait trop tôt pour revenir en arrière. Je n’avais pas totalement terminé le deuil. J’avais Sylvinho (le manager de Lyon jusqu’à l’automne 2019) au téléphone, il m’a appelé il y a peu. Il a souffert de son expérience à Lyon parce que c’est un type sensible.

Cela fait deux ans que vous avez arrêté. Est-ce libérateur ou un regret ?

Libérateur. J’ai passé tellement de temps dans ce métier… Et je n’ai jamais fait les choses à moitié. Du matin au soir, 7 jours sur 7, je n’ai fait que ça. Donc, je peux apprécier une forme de liberté.

La liberté est-elle aussi bonne que vous l’espériez, ou un peu moins bonne ?

Ce qui est bien, c’est de ne pas être pressé par le temps. Ce qui est moins bon, c’est de ne pas avoir d’objectifs clairs. Cela, c’est difficile. Ce qui est moins bon, aussi, c’est d’avoir coupé complètement la corde avec le club où j’ai construit chaque pierre. Le matin, vous vous levez, vous voulez aller au centre d’entraînement et vous ne pouvez pas, c’est fini. Quand vous avez acheté le terrain, vous avez choisi les cuillères et les fourchettes, ce n’est pas facile.

Votre modestie nous prive, dans le livre, de votre dernier jour à l’Arsenal…

C’était un jour où je m’étais préparé à bloquer les émotions. 20 ans de votre vie qui s’achèvent… Tout ce que j’ai appris dans mon travail de manager m’a permis de survivre à ce moment, de contrôler mes émotions. Quand j’ai commencé ce travail, j’ai tellement souffert physiquement que je n’ai jamais pensé que j’y arriverais. Alors, le jour de mon départ, j’ai voulu être à la hauteur de la tâche. Pas pour craquer, pour montrer que je m’en sortais. C’est après que ça a été dur. L’Arsenal, c’est ma maison. Et le lendemain, ne plus être à la maison, ce n’est pas facile. J’y suis allé seul, pour récupérer mes affaires la semaine précédant notre dernier match à l’extérieur, à Huddersfield (1-0). Depuis ce match, je ne suis jamais retourné aux Emirats, ni à Colney (le centre d’entraînement). C’était une véritable rupture, au sens sentimental du terme.

Vous êtes en convalescence ?

Le temps est un très bon médecin, mais mon amour pour le club n’a pas disparu. La douleur n’a pas non plus disparu totalement. Mon manque de football n’a pas non plus disparu. Max Hild, qui m’a donné un coup de pouce à Strasbourg, m’a dit que lorsqu’il a cessé de gérer, il lui a fallu deux ans pour s’en remettre. C’est un retard qui est à peu près normal. Je cherche à vivre avec la pièce manquante plutôt que d’attendre que [cette sensation] disparaisse. Lorsqu’on me contacte, je lutte pour dire complètement non, et pour renoncer à faire partie de ce monde. J’ai besoin que cela soit encore possible. Je ne peux pas encore dire : c’est fini. Mais, en même temps, plus cela dure, plus il est difficile de revenir.

Comment allez-vous revenir à Arsenal ? Comment allez-vous choisir le jour de votre retour ?

Allez voir un match, allez-y doucement. J’ai souvent reçu des propositions de retour. Mais je pense que le club est dans une phase de réorganisation, mes anciens joueurs sont en train de prendre le contrôle. Il faudra voir comment cela se passe et les choses se feront naturellement. Pour l’instant, je ne suis pas prêt à le faire (revenir en arrière).

Comment allez-vous revenir au football un jour ?

Je ne l’ai pas quitté, je suis au cœur du football ! Mais je ne suis plus au cœur des résultats. Si je reviens sur le terrain, je pense que ce sera avec une équipe nationale. Mais ce n’est plus une obsession pour moi, je vis le football différemment, sans être prêt à me battre tous les samedis. Si le désir m’y conduit, le chemin le plus court et le plus raisonnable serait avec une équipe nationale. Au niveau des clubs, j’ai donné, et comme je suis quelqu’un qui fait des projets à long terme, cela va devenir de plus en plus difficile pour moi. Les 22 prochaines années seront les plus difficiles (sourires).

Dans votre livre, vous donnez trois clés pour juger un joueur : le contrôle du ballon, la prise de décision, l’exécution d’une décision. Vous continuez à regarder les matchs comme ça ?

Si l’on prend la finale entre le Bayern et le PSG (23 août, Ligue des champions), j’ai constaté, par exemple, que les joueurs du Bayern étaient constants dans la qualité de leur prise de décision. Et la rapidité d’être disponible après la récupération du ballon, ils veulent toujours le ballon, même à 1-0. Ne pas être influencé par le score dans la prise de décision est essentiel dans le football au plus haut niveau. Mais quand je vois un joueur, j’essaie de voir son intelligence à travers les décisions qu’il prend.

Vous citez également le nombre de fois qu’un joueur au plus haut niveau prend des informations avant de recevoir le ballon, par rapport à un joueur moyen…

C’est là que réside la différence. C’est le nombre de fois qu’un joueur prend des informations avant. Vous le voyez, parce qu’il a une solution immédiatement à sa disposition. Nous savons tous qu’il faut prendre des informations, mais ce qui est intéressant, dans l’étude que j’ai faite, c’est le nombre de fois qu’il prend des informations avant de recevoir la balle. Un grand joueur le reçoit entre six et huit fois, et un bon joueur entre quatre et six fois. Mais parfois, lors des matches, j’ai montré à la FIFA des exemples de grands joueurs connus qui ne font que regarder le ballon.

Dans le livre, vous décrivez la solitude du manager. Maintenant que vous ne gérez plus, vous sentez-vous moins seul ou un peu plus seul ?

Parfois, oui, je me sens plus seul, car je ne fais plus de choses urgentes et importantes au quotidien. Mais je me sens moins seul dans ma vie avec ma famille et mes amis, parce que j’ai plus de moments à partager avec eux. Mais les moments de solitude sont plus nombreux et plus longs. Il est difficile de vivre ce changement dans ma vie. À l’Arsenal, quand je suis arrivé, j’ai déjà trois gars qui m’attendent. Et maintenant, je n’ai plus rien.

Est-ce une des raisons pour lesquelles vous avez arrêté la difficulté que vous aviez à faire face aux pertes ?

Quand on n’arrive pas à faire avancer le club au niveau européen, c’est difficile à supporter. Mais je continue à maudire nos nuls défavorables, Barcelone, Barcelone, Barcelone et puis Bayern, Bayern. Une seule fois, nous n’avons pas eu l’un de ces deux, nous avons eu Monaco et nous nous sommes fait avoir comme des idiots (1-3, 2-0 en 2015). Même si Monaco avait une bonne équipe à l’époque. Le tirage au sort, c’est important, on l’a vu avec le PSG cette saison en Ligue des champions. Les Parisiens peuvent avoir des regrets, mais je pense qu’ils ont surestimé leur demi-finale contre Leipzig (3-0).

La défaite, alors…

Chaque défaite laisse une cicatrice dans mon cœur. Nous sommes tous à mi-chemin entre l’amour de la victoire et la haine de la défaite. Mais je n’aime vraiment pas perdre. Je peux expliquer comment ça se passe, ce type qui n’a pas mis son pied dedans, l’autre type qui a fait un mauvais centre, le gardien de but qui aurait dû l’obtenir… au point de devenir fou ! C’était un trait dominant dans ma carrière, la douleur de la défaite. C’est aussi une des raisons pour lesquelles je ne me suis pas contenté de replonger. Je suis sûr que votre santé a un prix important à payer. Après avoir concédé un but, j’avais parfois l’impression que mes artères se bouchaient. J’ai fini avec 58% de victoires, environ 20% de nuls et 20% de défaites : perdre 1 match sur 5 est déjà difficile. Mais je pense à celui qui gagne 1 match sur 5 !

Dans le livre, quand vous choisissez de ne pas citer de noms, est-ce par mépris ou par ressentiment ?

Ni l’un ni l’autre. Mais ce serait plutôt par mépris (sourires). Ce que je retiens du livre, et de ma vie, c’est qu’avec un peu de chance, vous pouvez avoir une vie supérieure à celle que vous imaginiez, et qu’il pourrait être intéressant de partager ce que l’on a appris. Que les humains pourraient faire beaucoup mieux, mais qu’ils peuvent aussi vous surprendre d’une bonne manière. Ce qui reste avec moi, ce ne sont pas les inimitiés ou les mesquineries.

Mais oubliez-vous que lorsque vous étiez manager de Monaco, vous avez sans doute été dépouillé de vos titres ?

Oui, mais que puis-je y faire aujourd’hui ?

Vous aviez le choix entre le dire et ne pas le dire.

Je peux le dire, mais comment puis-je le prouver ? Et puis, la majorité des joueurs impliqués dans cette affaire ont vraiment du mal aujourd’hui… Au final, chacun vit avec ses valeurs. Les choses se passent plutôt bien, mais on ne peut pas prendre un chemin différent dans la vie. Il vaut mieux ne pas s’attarder sur tous les gars qui ont causé vos problèmes parce que sinon vous finissez par être frustré et en colère.

Au cours de vos 36 ans de carrière, combien de ces années vous ont apporté le bonheur ?

En général, j’étais vraiment heureux de faire ce travail. Mais les moments de joie intense, ils représentent 2 à 3 %. Ces flashs sont rares. Vous êtes heureux le soir où vous gagnez. Si le bonheur, c’est d’aimer la vie que l’on mène, j’étais heureux. Les moments de joie, c’est autre chose. Mais il m’est arrivé d’être à l’entraînement où l’équipe jouait à un niveau incroyable, et où je me suis dit que je paierais pour voir ça. Ayant appris à connaître la vie en dehors du football maintenant, si je devais recommencer ma vie demain, je redeviendrais manager, et je ferais de même, pendant 40 ans.

L’une de vos dernières lignes dans le livre est la suivante : « Je suis convaincu qu’il n’y a que des vies incomplètes. » Qu’est-ce que vous n’avez pas encore terminé ?

Il y a beaucoup de choses que je n’ai pas gagnées aussi souvent que je l’aurais souhaité, d’autres que je n’ai pas gagnées du tout, mais aussi beaucoup de choses que j’ai négligées, notamment ma famille. Toutes les vies sont incomplètes, par définition, on ne peut pas tout réussir.

Vous avez notamment dit non au Real Madrid, au Bayern Munich, au PSG et à l’équipe nationale française. Est-ce un regret ?

Oui, toujours. Ce sont vraiment de grands clubs. Jean-Claude Blanc voulait aussi à tout prix que j’aille à la Juve. C’est un regret, mais aussi une fierté, d’avoir servi mon club jusqu’au bout, d’être allé jusqu’au bout du projet. Cela signifie plus pour moi que tous les titres. Je suis le manager qui est resté le plus longtemps à Monaco, sept ans. J’étais donc fait pour ce type de fidélité. Je suis aussi quelqu’un qui a une motivation intrinsèque. Je veux toujours m’améliorer et les gens comme moi veulent faire leur travail comme ils l’entendent. Je ne suis pas sûr que j’aurais pu faire ce travail de la même façon au Real Madrid.

A-t-il été difficile de parler de vous dans ce livre ?

Oui. Très difficile. Je n’aime pas cela. Je suis timide. Je suis d’une génération où nous ne parlions pas de nous. Je n’ai jamais été très présent dans la presse, ni très présent dans les médias en dehors de mon travail. C’était difficile. Mais écrire ce livre est aussi une façon pour moi de dire : mon travail d’entraîneur est terminé. C’est pour cela que j’ai refusé auparavant. Le vieillissement n’est pas l’affaire d’une mauviette