in

Giro d’Italie : Le contre-la-montre d’ouverture en descente risque de créer de gros écarts

Lorsque Simon Yates (Mitchelton-Scott), favori du Giro d’Italia, déclare que le premier contre-la-montre est le pire des parcours pour lui, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi : avec autant de descentes rapides et de larges avenues, les spécialistes du chrono, plus puissants, seront dans leur élément samedi – et les grimpeurs comme Yates seront probablement vraiment désavantagés.

Ce qui pourrait aggraver les dégâts infligés par les chronos, c’est qu’avec 15,2 kilomètres, le premier contre-la-montre de cette année est lui aussi exceptionnellement long.

En effet, au cours des 30 dernières années, il n’y a eu que deux premières étapes de week-end qui, comme les contre-la-montre individuels, présentent une certaine similitude. La deuxième étape du Giro 1995 était un parcours de 19 kilomètres vers Assise où Tony Rominger a gagné 47 secondes sur ses rivaux, et en 1990, un parcours de 13 kilomètres à Bari où Gianni Bugno a pris trois secondes de moins sur le spécialiste du prologue Thierry Marie. Il est intéressant de noter que les deux fois, le vainqueur de l’étape de ce jour-là a également été le vainqueur incontesté.

Le trophée lors de la 103ème présentation de l'équipe du Giro d’Italie 2020 dans le parc archéologique de Segesta à Palerme

Giro d’Italie 2020 – Avant la course

Mais pour ce qui est de l’histoire plus récente du Giro, ni Bologne l’année dernière – longue de huit kilomètres, bien qu’avec une forte montée à la fin – ni le parcours vallonné de 9,7 km à travers Jérusalem en 2018, n’étaient proches de cette distance. Ce parcours, qui s’étend des rues pavées d’un ancien village perché, Monreale, sur des routes urbaines jusqu’au cœur de l’actuelle Palerme, pourrait être un défi beaucoup plus difficile à relever.

Lire aussi  Garmin lance son élégante smartwatch Lily conçue pour les femmes

Le seul point où il y a une quelconque escalade le samedi est sans doute celui où elle aura le moins d’importance – dès le départ. Dès que les coureurs descendent de la rampe de départ au pied du village de Monreale, ils se retrouvent dans un virage serré à droite. Ensuite, la route bien goudronnée monte sur un kilomètre au plus, mais bien qu’il y ait une rampe raide de 18 %, la partie la plus difficile de la montée est très courte, et la route ondule suffisamment, et même plonge brièvement une fois, pour que les coureurs puissent récupérer rapidement de l’effort. Puis, lorsqu’ils passent par un passage souterrain médiéval, passent devant la cathédrale de Monreale, mondialement connue, datant du XIIe siècle, et reviennent sur la place, c’est toute l’escalade de la journée.

Ensuite, une descente spectaculairement rapide et en ligne droite de plus de deux kilomètres, dans ce qui est la seule partie exposée du parcours, s’ensuit lorsque la route descend le versant de la colline de Monreale et pénètre dans la banlieue la plus éloignée de Palerme. La fin de cette partie la plus rapide de la descente n’est interrompue que par deux épingles à cheveux qui se succèdent rapidement et où les coureurs testent leurs freins au maximum.

Après avoir atteint la périphérie de Palerme après environ trois kilomètres, le segment central du parcours du contre-la-montre continue à descendre sans relâche, bien que sur une pente beaucoup plus facile et sans aucun virage en vue. La rue Corso Calatafimi est plutôt un large boulevard, principalement bordé d’arbres, qui permettra à nouveau aux coureurs de passer une vitesse énorme, kilomètre après kilomètre. Même lorsque l’itinéraire traverse un énorme rond-point, par la porte de Porta Nuova, puis plonge dans la vieille zone centrale de Palerme, il n’y a pas de changement de direction, ni même de pente douce de deux ou trois pour cent.

Lire aussi  Le Giro d'Italia perd son combat contre le COVID

Après huit kilomètres de ligne droite abrutissante, interrompue seulement par ces deux virages en épingle à cheveux, et après avoir traversé l’emblématique place Cuatro Canti dans la partie la plus ancienne de Palerme, l’itinéraire tourne finalement à gauche sur un autre large boulevard d’aspect moderne, la Via Roma. Mais sur les cinq derniers kilomètres du parcours, il n’y a à nouveau que cinq ou six virages, dont aucun n’est particulièrement technique. Cela dit, le dernier virage à 180 degrés, à environ deux kilomètres de l’arrivée, verra les coureurs ralentir presque jusqu’à l’arrêt.

L’arrivée est, une fois de plus, précédée d’une très légère descente, ce qui donne aux coureurs l’occasion idéale d’accélérer jusqu’à la ligne d’arrivée sur la Via della Libertà, et aux contre-la-montreurs de maximiser ce qui pourrait déjà être un avantage significatif. Car si l’ouverture de certains contre-la-montre n’est peut-être qu’un moyen d’établir un ordre symbolique entre les favoris, à long terme dans la bataille du GC, celui-ci pourrait en fait avoir de l’importance.