Les haltérophiles ont utilisé des sosies pour contourner le contrôle du dopage

 

L’alarme de dopage retentit à nouveau en haltérophilie. L’Agence mondiale antidopage (AMA) a trouvé des preuves de soupçons d’échantillons d’urine et de «sosies» prenant la place d’athlètes.

Après une étude de 3 ans, 18 haltérophiles de 6 pays différents sont venus dans le champ de vision de l’AMA. Ils auraient utilisé des doubles pour échanger leurs échantillons d’urine lors des tests de dopage.

Ce n’est pas la première recherche sur les pratiques de dopage en haltérophilie. Il y a également eu des allégations contre un haut fonctionnaire de l’Association internationale d’haltérophilie (IWF), qui aurait dénoncé le russe.

“L’AMA est choquée par ce que cette enquête a révélé”, a déclaré le président Witold Banka. “Les athlètes ont pris l’habitude du dopage en haltérophilie depuis trop longtemps.”