Somos : La nouvelle série de Netflix ne glorifie pas le trafic de drogue.

Basé sur l’histoire orale de 2017 de Ginger Thompson, “Comment les États-Unis ont déclenché un massacre au Mexique”, “Somos.” raconte l’histoire d’une tuerie de 2011 à Allende, dans l’État mexicain de Coahuila, à environ 40 miles de la ville frontalière texane d’Eagle Pass. (La période fait partie du titre, pour une emphase existentielle déclarative : “Nous sommes.”)

En 2018, les enregistrements et les reportages de Thompson, initialement copubliés par ProPublica et National Geographic, sont devenus la base d’un podcast Audible, “The Making of a Massacre”, qui a également utilisé des acteurs et des soulignements théâtraux. Créé par James Schamus, le fidèle scénariste d’Ang Lee (“La tempête de glace”, “Tigre et Dragon”, “Hulk”, etc.) et écrit en collaboration avec la scénariste mexicaine Monika Revilla (Netflix “The House of Flowers”) et la romancière Fernanda Melchor (“Hurricane Season”), “Somos.” est franchement fictif dans sa quête de la vérité – une tentative de représenter l’esprit de la chose, sinon la lettre.

La version courte est que, ayant obtenu des renseignements internes sur les dirigeants du cartel mortel des Zetas, la Drug Enforcement Administration a partagé des informations avec ses homologues mexicains, qui les ont transmises aux dirigeants eux-mêmes, les frères Miguel et Omar Treviño. Alors que les trafiquants qui avaient fourni les informations s’enfuyaient de l’autre côté de la frontière avec 5 millions de dollars d’argent des Zetas, des gangs sont arrivés à Allende et ont enlevé et tué toute personne soupçonnée de trahison, ainsi que les membres de leur famille et les personnes qui se trouvaient sur leur chemin. Ce n’était pas une frappe chirurgicale mais un bélier.

Présenté mercredi sur Netflix, “Somos.” suit les lignes de cette histoire, même s’il les complète avec des personnes et des intrigues inventées. La plupart des personnages impliqués sont confrontés à des problèmes quotidiens qui, sans le deus ex historica qui les attend dans le dernier des six épisodes de la série, pourraient soutenir un drame qui n’a rien à voir avec un massacre. Une série naturaliste d’intérêt humain se déroulant dans une petite ville mexicaine n’est probablement pas une série que Netflix ouvrirait le même jour dans “plus de 190 pays”, comme “Somos”, si tant est qu’il saute sur l’occasion d’en faire une. Il n’en reste pas moins que ce film va à l’encontre d’une tendance de longue date dans les histoires de trafic de drogue en s’intéressant de près aux victimes plutôt qu’en glorifiant les bourreaux, et cela mérite en soi d’être salué.

Jimena Pagaza dans la série Netflix "Somos".
Jimena Pagaza joue une jeune femme déterminée dans un endroit dangereux dans la série Netflix “Somos”. (Netflix)

La nature du matériau source combinée à la nature de la réalisation d’images animées assure presque que “Somos. ” s’inspirera des tropes des westerns d’Hollywood (et du Nouvel Hollywood) : la ville criblée de corruption ; l’éleveur qui ne veut pas céder sa propriété et qui voit ses clôtures coupées et son bétail mystérieusement malade ; les vieilles âmes nobles qui font un dernier combat contre un nouveau monde dur, fusils à la main ; le bordel ou le saloon, où se prélassent les sbires d’un puissant méchant ; un beau méchant, corrompu derrière un vernis de respectabilité, qui fait des avances à une héroïne ; l’honnête fonctionnaire qui essaie de faire son travail face à leurs menaces et qui tombe de haut lorsqu’il échoue ; la scène de fête joyeuse alors que les assaillants arrivent ; une silhouette solitaire poussant un chariot dans une rue vide juste avant que tout n’explose. Il ne manque plus que l’amarante.

Schamus a fait appel à des acteurs non professionnels pour plusieurs rôles importants, et leurs performances contenues renforcent l’intention apparente de garder les choses discrètes aussi longtemps que possible. Parmi les amateurs, il faut noter Jimena Pagaza dans le rôle de Nancy, une écolière pleine d’entrain qui a la tête sur les épaules, des pensées modernes dans la tête et un don pour botter des buts sur le terrain ; Jesús Sida dans le rôle de Paquito, une sorte de simplet malchanceux de la ville ; Natalia Martínez dans le rôle d’Aracely, la mère de son enfant ; et Salvador Montenegro dans le rôle de Silverio, le fidèle contremaître du ranch. En général, les femmes font une plus forte impression ; c’est un thème de la série que les hommes sont des problèmes.
Photo d’illustration des personnages de “Selena”, “Queen of the South”, “Vida” et “One Day at a Time”.

D’après l’article de Thompson et d’autres rapports, il semblerait que l’intégration du cartel et de la ville était plus complexe que représentée ici, où les bons et les mauvais personnages tombent la plupart du temps d’un côté ou de l’autre de la ligne. Dans le rôle d’Héctor Moreno, un cadre intermédiaire criminel contraint de travailler pour la DEA, Armando Silva donne un peu d’ampleur, et même d’humour, à son rôle, mais on ne le prendrait pas pour un héros, tandis que Jero Medina est sympathique par intermittence dans le rôle de Benjamin, le fils sans but de l’éleveur Isidro (Fernando Larrañaga) qui trébuche ivre de part et d’autre de la ligne. Du côté positif, Iliana Donatlán et Arelí González font un travail remarquable dans le rôle des sœurs Irene et Erika, respectivement, dont le travail (services d’urgence, vétérinaire) les relie à la grande histoire, et Mercedes Hernández dans le rôle de la mère d’Aracely, Doña Chayo, une vendeuse de charrettes qui voit mais n’est pas vue. Parce que l’on sait dès le départ que de mauvaises choses vont se produire – c’est écrit sur la carte titre qui ouvre la série et qui nous donne un avant-goût de ce qui nous attend avant de revenir un peu en arrière – on croise les doigts pour que les personnages que l’on aime, et ils sont nombreux, sortent vivants de la série.

Jesús Sida dans la série Netflix "Somos".
Jesús Sida joue un flemmard au bon cœur très malmené dans la série Netflix “Somos”. (Ricardo Jardon / Netflix)

Réalisée par Álvaro Curiel et Mariana Chenillo, avec une photographie nette d’Ignacio Prieto, la série est à la fois bien construite et légèrement moins convaincante. Quand Une histoire vraie qui doit être racontée rencontre Ceci ferait un grand film, c’est toujours le film qui l’emporte. Et bien que l’article et la mini-série s’appuient tous deux sur le fait que rien de tout cela ne serait arrivé sans la mauvaise décision d’un fonctionnaire américain, cette thèse est faiblement défendue à l’écran – ou, contrairement à la plupart des autres épisodes de la série, trop fortement défendue – et sapée par un Bad Boss caricatural (Dave Collins) qui prononce les “l” d’Allende à la manière d’un vilain Américain.

Le final est rude, bien que la mort et la destruction se déroulent pour la plupart à distance ou hors-champ ; les cinéastes ont la sagesse de ne pas surjouer la violence. Ils n’en ont pas besoin, après une accumulation de cinq épisodes. Parce que “Somos.” ne se résout pas, mais cesse simplement, comme un coup de feu, on peut se demander ce que nous avons appris ici, à part qu’une bonne personne ne peut pas faire grand-chose face à une armée armée de fusils et de machettes. Et, sans vouloir manquer de respect au dur labeur de ceux qui l’ont mis en place, on peut se sentir heureux que ce soit terminé.