Sweet Tooth de Netflix est un conte de fées sombre et magnifique pour un monde fatigué.

Cette adaptation de la bande dessinée post-apocalyptique de Jeff Lemire améliore les personnages et approfondit l’histoire.

Les téléspectateurs fatigués de la pandémie pourraient être prompts à rejeter l’adaptation de la bande dessinée de , Sweet Tooth, comme étant mal venue ou même gratuite. La version live de la série de bandes dessinées post-apocalyptiques de Jeff Lemire sur un virus mortel a commencé à être produite avant que le COVID-19 ne balaie le monde, mais a continué à être filmée tout au long de celui-ci, en intégrant des images de signes d’exclusion sociale et de combats sur le port de masques qui donnent à la série un sentiment d’actualité affligeant.

Mais les spectateurs qui parviennent à dépasser la fatigue du moment seront récompensés par un conte de fées magnifique et sombre sur les complexités de la famille. Tissant trois intrigues disparates qui finissent par se croiser, la série offre trois visions différentes de la vie après une pandémie dévastatrice, chacune étant façonnée par la réaction de ses personnages à la fin du monde.

L’histoire se déroule une dizaine d’années après qu’une maladie ait tué la majeure partie de l’humanité et que, d’une manière ou d’une autre, tous les nouveaux bébés soient nés sous forme d’hybrides humains-animaux. L’intrigue est centrée sur Gus (Christian Convery), un jeune cerf élevé dans un isolement paisible au sein du parc national de Yosemite. Lorsque son sanctuaire est perturbé, il se met sous la tutelle de l’ancienne star du Tommy Jepperd (Nonso Anozie) pour tenter de retrouver sa mère dans le Colorado.

La dynamique entre Gus et Jepperd, ou Sweet Tooth et le Big Man, comme ils s’appellent l’un l’autre, rappelle fortement The Mandalorian, avec un homme recherché bourru et violent qui trouve une chance de se racheter en s’occupant d’un enfant très spécial. La première moitié de la saison de huit épisodes ressemble particulièrement à l’émission de Disney Plus, remplie d’aventures épisodiques où le duo rencontre un large éventail d’ennemis et d’alliés potentiels dans le monde sauvage.

L'armée animale de Sweet Tooth, quatre personnes habillées de costumes d'animaux élaborés.
Les co-showrunners Jim Mickle et Beth Schwartz ont conçu une adaptation assez lâche des bandes dessinées de Lemire, en les améliorant à tous points de vue. Par exemple, l’Armée des animaux de la BD est un culte générique de type Mad Max dirigé par un psychopathe avec une meute de garçons-chiens. Dans la version de Netflix, le groupe est un autre exemple de la récente tendance des adaptations de bandes dessinées à raconter des histoires de conflits générationnels. La tribu d’adolescents a juré de protéger les hybrides des adultes qu’ils accusent de ruiner le monde, et ils mènent des raids violents depuis leur base dans un parc d’attractions abandonné. Ils portent des costumes étonnants inspirés de leurs animaux préférés, et leur esthétique et leur comportement ressemblent à une combinaison des Garçons perdus de Hook et des vampires des Garçons perdus de 1987.

Les personnages féminins des bandes dessinées de Lemire sont des victimes perpétuelles, mais Bear (Stefania LaVie Owen), chef de l’Animal Army, contribue à résoudre ce problème dans la série en offrant un contrepoids féroce à Jepperd. Le personnage d’Aimee (Dania Ramirez de Once Upon a Time et Heroes), une thérapeute socialement renfermée qui trouve un nouveau but en adoptant un enfant hybride, a été inventé pour la série dans le même but, mais n’est pas particulièrement bien développé. Les scénaristes semblent suivre le modèle de la série The Witcher de Netflix, qui ne réunit tous les personnages de ses trois intrigues que dans le final de la saison 1. Mais ce plan leur donne l’impression de retenir un peu trop de choses pour la saison 2.

L’intrigue la plus sombre de la série est celle d’Aditya Singh (Adeel Akhtar), un médecin qui a servi en première ligne de la pandémie et s’est occupé de certains des premiers bébés hybrides. Il est l’incarnation de l’épuisement de la compassion qui a poussé tant de professionnels de la santé à envisager de quitter leur emploi au cours de l’année écoulée, et Adeel Akhtar fait un travail phénoménal dans sa descente d’un soignant aux yeux brillants, désireux d’aider à soulager les malheurs de ses patients, à un personnage hagard, en état de choc, qui tend des embuscades aux nouveaux parents en leur demandant à quel genre d’animal leur nouveau-né ressemble.

Singh et sa femme Rani (Aliza Vellani) trouvent refuge dans une banlieue apparemment intacte où ils peuvent siroter des mojitos et jouer à des jeux de société avec les voisins. Comme les images de personnes s’étreignant lors de grandes fêtes ou de plages bondées pour les vacances de printemps qui ont circulé en 2020, cette communauté semble exister dans un autre monde, et elle est construite sur le même mépris insensible pour le bien-être des autres. Les voisins se retournent les uns contre les autres au premier signe d’infection, et la vie de Rani dépend littéralement du meurtre d’enfants hybrides.

Le garçon cerf Gus (Christian Convery) marche devant ses alliés adultes devant les montagnes dans la saison 1 de Sweet Tooth
Sweet Tooth est loin d’être une série parfaite. Neil Sandilands a déjà joué le méchant The Thinker dans The Flash, mais il n’apporte aucune des nuances de ce personnage à son interprétation du général Steven Abbot, le chef d’une milice connue sous le nom de Last Men, qui pense que les hybrides doivent tous être tués ou utilisés pour des expériences. Avec sa grande barbe touffue et ses lunettes teintées de rouge, on a l’impression qu’il s’inspire du Docteur Robotnik de Jim Carrey, et son comportement et sa moralité sont tout aussi caricaturaux.

La série présente également de sérieuses incohérences. La dépendance de Jepperd aux analgésiques pour soigner une vieille blessure au genou est un élément majeur de l’intrigue au début de la série, mais elle disparaît dès qu’il a de plus gros problèmes à gérer. Il n’y a pas de raison valable pour que l’Armée des animaux ait accès à Internet, si ce n’est qu’il est nécessaire de fournir le prochain indice pour retrouver la mère de Gus. Dans une scène de flashback, un scientifique prévient que le virus pourrait tuer des millions de personnes. Des millions de personnes sont déjà mortes du COVID-19 sans que la civilisation ne s’effondre, mais elle a peut-être sous-estimé la propagation de la maladie.

Heureusement, on peut faire abstraction de ces questions et se contenter d’apprécier le cœur émotionnel de la série, qui repose sur un casting principal extrêmement solide. Christian Convery incarne Gus, qui dégage une naïveté enfantine et un optimisme qui contamine même les personnages les plus cyniques et les plus las du monde qu’il rencontre. Il a toujours les désirs d’un enfant pour des choses comme les bonbons, son animal en peluche préféré et la compagnie, ce qui entraîne de nombreuses mésaventures et des problèmes pour ceux qui viennent l’aimer.

Il y a un côté grotesque dans l’art de Lemire, notamment dans ses dessins d’hybrides, mais la série a une esthétique beaucoup plus mignonne. L’équipe des effets spéciaux a fait de l’excellent travail avec des détails comme la façon dont les oreilles de cerf de Gus se contractent indépendamment, ou la façon dont la fille porcine Wendy (Naledi Murray) plisse le nez en sentant la cuisine de sa mère, ou en riant avec un gros grognement. Un effet où les yeux de Gus s’illuminent dans l’obscurité est particulièrement frappant, tant pour les personnages qui en sont témoins que pour le public. Les images de synthèse sont un peu moins bonnes, en particulier lorsqu’elles sont utilisées pour animer pleinement des hybrides plus animés.

Bien qu’il se déroule dans l’ouest des États-Unis, Sweet Tooth a été filmé en Nouvelle-Zélande pendant la pandémie, et c’est une œuvre visuellement époustouflante, remplie de paysages spectaculaires et d’images de la nature prenant le pas sur la civilisation. Des animaux de zoo échappés courent à travers les Grandes Plaines, et des fleurs violettes vibrantes sont un étrange signe avant-coureur de la propagation du virus.

La violence du spectacle est brève mais spectaculaire, les réalisateurs utilisant diverses tactiques pour ne donner qu’un aperçu de ce qui se passe, par exemple en faisant combattre les envahisseurs par Jepperd dans l’obscurité entre deux éclairs, ou en concentrant la perspective sur les personnages à l’intérieur d’un bâtiment alors qu’une bataille se déroule juste à l’extérieur. C’est un moyen astucieux d’éviter de montrer des effusions de sang tout en faisant comprendre qu’il s’agit toujours d’un monde très dangereux.

La pandémie de COVID-19 a dévasté certaines communautés, tandis que d’autres semblaient nier totalement son existence. Sweet Tooth combine l’examen de cette inégalité avec la morale d’autres excellentes histoires post-apocalyptiques, comme 28 jours plus tard et Mad Max : Fury Road, qui soutiennent que la survie ne suffit pas pour que les gens fonctionnent. Les méchants de Sweet Tooth sont ceux qui s’accrochent à un monde qui n’existe plus, tandis que les héros tentent de construire quelque chose de meilleur avec l’aide de leur famille retrouvée. Le sujet de Sweet Tooth peut sembler trop sombre pour l’époque actuelle, mais son actualité renforce le message d’espoir et de force partagée de la série.

Les huit épisodes de la première saison de Sweet Tooth sont désormais disponibles en streaming sur Netflix.