Les meilleurs films et séries télévisées LGBTQ en streaming sur Netflix pour 2021

De Rosamund Pike dans “I Care a Lot” à Henry Golding dans “Monsoon”, il y a des films pour tout le monde.

Plus d’un an après le début du confinement, nous avons probablement tous épuisé nos files d’attente Netflix. Que vous ayez dévoré “Tiger King”, “Unorthodox” ou “Bridgerton”, Netflix a connu de nombreux succès mondiaux avec son contenu original – et ce, en un an, aidé par des téléspectateurs disposant d’un temps exponentiel à la maison. Mais ces titres populaires ne sont que la partie émergée de l’iceberg de l’offre de Netflix, et il peut être difficile de s’y retrouver dans son mystérieux algorithme.

Les lieux de rassemblement de la communauté LGBTQ étaient déjà en difficulté avant la pandémie, et la communauté queer est plus disparate que jamais aujourd’hui. Finies les projections de “Drag Race” dans votre bar gay local, ou les premières de “The L Word : Generation Q” qui rassemblent tous vos ex (et les ex de vos ex). Livrés à nos propres moyens techniques, nous devons nous tourner vers Netflix pour retrouver un semblant de nos anciennes vies de gays. Heureusement, Netflix propose de nombreux titres – tant dans le domaine du cinéma, de la télévision que de la comédie – pour vous aider à vous souvenir de ce qu’est la communauté.

Pour les besoins de cette liste, nous nous sommes limités à des titres moins connus et plus récents, mais “Moonlight”, “Carol”, “A Single Man” et “I Am Divine” sont tous disponibles dès maintenant. Et si vous avez dormi sur “Sex Education”, “Schitt’s Creek”, “The haunting of Bly Manor” ou “Grace & Frankie”, vous avez tout le temps de vous rattraper.

Voici 16 des meilleurs films et séries télévisées LGBTQ sur Netflix disponibles en 2021 :

Call My Agent!

Dix pour cent

Cette comédie française turbulente sur le lieu de travail d’une société d’agents de cinéma parisiens est revenue cette année pour sa quatrième et dernière saison, juste à temps pour que cet “Entourage” intello débarque enfin outre-Atlantique. Là où “Entourage” cite des noms comme James Cameron et Mark Wahlberg, “Dix pour cent” présente des apparitions de Juliette Binoche et une blague sur Jacques Depardieu. Si tous les cinéphiles apprécieront le pedigree cinématographique de la série, le public homosexuel aura droit non pas à un mais à deux fabuleux personnages homosexuels. Il y a l’agent et séductrice Andrea Martell (Camille Cottin), qui pourrait donner du fil à retordre à Bette Porter. Elle est à la fois adorable et amusante à détester, mais c’est l’assistant flamboyant et fantaisiste Hervé (Nicolas Maury) qui est facilement le favori des fans. À bien des égards, “Dix pour cent” représente le meilleur de ce que Netflix peut offrir – l’accès aux meilleurs films et émissions internationaux que l’on pourrait autrement manquer.

I care a lot Netflix
I Care a Lot

Rosamund Pike retrouve son personnage glacial de “Gone Girl”, Amy Dunne, dans “I Care a Lot”, où elle joue le rôle d’une arnaqueuse de haut vol qui escroque les aînés en se déguisant en soignante – avec l’intrigue supplémentaire de jouer une lesbienne. Pike joue le rôle de Marla Grayson, une professionnelle désignée par le tribunal comme tutrice de dizaines de personnes âgées dont elle saisit les biens et les escroque par des moyens douteux mais quelque peu légaux. Il s’agit d’un racket bien huilé que Marla et son associée et amante Fran (Eiza González) utilisent avec une efficacité brutale sur leur dernière “cerise”, Jennifer Peterson (Dianne Wiest, deux fois oscarisée) – une riche retraitée sans héritiers vivants ni famille à laquelle s’identifier. Mais lorsque Jennifer s’avère avoir un secret tout aussi louche, ainsi que des liens avec un gangster à la dérive (joué par Peter Dinklage), Marla doit améliorer son jeu.Plus d’info

Feel Good Netflix
Feel Good

L’humoriste Mae Martin écrit et joue aux côtés de Lisa Kudrow dans cette série de six épisodes à l’intelligence mordante sur la chasse aux filles hétéros et la recherche de l’excellence. Hilarante, rythmée et débordante d’une honnêteté crue que l’on trouve rarement à la télévision, “Feel Good” vous fera certainement ressentir, si ce n’est nécessairement du bien, quelque chose d’authentique et de rafraîchissant. Avec ses airs de “Fleabag” enveloppés dans une comédie noire authentiquement homosexuelle sur la dépendance, “Feel Good” est une délicieuse surprise après des décennies de personnages homosexuels bidimensionnels écrits après coup.

Disclosure
Disclosure

Réalisé par Sam Feder et produit par Laverne Cox, “Disclosure” est comme le chapitre suivant de “The Celluloid Closet”, mais il se suffit à lui-même. Le film accorde à la représentation transgenre toute la considération qu’elle mérite, offrant une excavation fascinante d’une histoire souvent douloureuse avec des moments de légèreté et de réflexion personnelle. Chaque pierre de touche est filtrée à travers le prisme des personnes interrogées, qui sont toutes transgenres. Le simple plaisir de voir un film avec un casting entièrement transgenre n’est rien de moins que révélateur, faisant de “Disclosure” une autre entrée positive dans l’histoire même qu’il cherche à réécrire.

Monsoon
Monsoon

Dans le charmant et feutré “Monsoon” de Hong Khaou, le débonnaire Henry Golding émerge de la célébrité hollywoodienne naissante en tant que leader dramatique calme mais toujours aussi cool et convaincant. Il est difficile de le quitter des yeux, et ce n’est pas seulement parce qu’il est présent dans presque tous les plans. Il porte bien sa recherche d’âme gay, jouant un expatrié qui retourne à ses racines au Vietnam. Pendant ce temps, une romance s’épanouit avec un homme joué par Parker Sawyers, soutenue par une chimie évidemment torride entre les deux protagonistes. Certains spectateurs se plaindront peut-être du fait que l’hétéro Golding joue un personnage gay, mais ce qui est le plus révolutionnaire dans “Monsoon”, c’est qu’il ne fait aucun cas de l’homosexualité.


Funny Boy

Intime et magnifiquement rendu, “Funny Boy” est un drame de passage à l’âge adulte, visuellement luxueux, qui se déroule au milieu d’un conflit ethnique vicieux, spécifique à une région mais tragiquement universel. Il s’agit du dernier long métrage de la vénérable cinéaste indo-canadienne Deepa Mehta, qui a acquis une renommée internationale en 1996 avec “Fire”, une romance lesbienne révolutionnaire qui a été censurée en Inde après que sa projection a donné lieu à de violentes protestations et à la destruction de salles de cinéma. Bien que “Funny Boy” soit un film beaucoup plus chaste, il risque de susciter davantage de controverses pour sa représentation des émeutes de 1983, ou “Black July”, les pogroms anti-Tamil qui ont déclenché la guerre civile de 26 ans au Sri Lanka. Comme d’un simple revers de la main, Mehta a tissé ces subtilités avec une touche picturale, empilant les forces opposées de l’identité sexuelle et culturelle dans un tourbillon de couleurs, d’émotions et de souvenirs.

The Boys in the Band

The Boys in the Band

Le réalisateur Joe Mantello, qui a repris la pièce de Mart Crowley de 1968 à Broadway il y a trois ans avec un casting d’acteurs masculins out-gay, porte cette même troupe, et cette même sensibilité, sur le petit écran avec sa nouvelle adaptation cinématographique produite par Ryan Murphy pour Netflix. Le résultat est une reprise sophistiquée, à la langue acerbe, et un “Qui a peur de Virginia Woolf ?” gay-up qui surmonte les défis rencontrés par les adaptations de la scène à l’écran, notamment le confinement total dans un seul espace. Mantello préserve la répartie propre à l’époque du récit et donne vie au scénario de la scène de manière sublime. Les performances sont toutes superbes, et le fait que la distribution ne comprenne que des hommes gays qui n’ont pas de casier judiciaire crée ici une alchimie particulière, car ces acteurs, qui se sont fait connaître lors de leur passage à Broadway à l’été 2018, ont une familiarité et un confort les uns avec les autres qu’il serait peu probable de voir dans une distribution mixte d’hétéros et de gays. Crowley, qui est décédé en mars dernier, n’a pas vécu pour voir ce film, mais on peut sentir sa bénédiction planer sur tout cela.

Douglas
Douglas

La comédienne australienne Hannah Gadsby est devenue une sensation internationale presque du jour au lendemain lorsque “Nanette” a été diffusé pour la première fois sur Netflix en 2018. Elle a suivi ce spécial explosif avec un autre délice, le frappant à nouveau hors du parc avec un spécial légèrement plus léger qui emballe autant de punch que son premier. Elle transforme certaines des critiques à moitié formulées (“un peu de feedback”) dans “Nanette” en une source d’inspiration comique pour “Douglas”, répondant à ses détracteurs avec une précision chirurgicale. Alors que “Nanette” abordait le traumatisme sexuel avec un esprit inattendu, Gadsby se tourne vers son diagnostic d’autisme pour trouver un autre sujet comique non exploité. Les résultats sont tout aussi frais et percutants que jamais.


Saturday Church

Présenté avant que “Pose” ne change le paysage des histoires sur les jeunes LGBTQ de couleur, “Saturday Church” est un film musical ambitieux sur un adolescent non logé qui explore son identité de genre au sein de la communauté queer et trans qu’il trouve sur Christopher Street à New York. Le réalisateur Damon Cardasis rend magnifiquement une histoire souvent entendue mais rarement vue, inspirée par son propre travail bénévole auprès de la communauté à risque. (Des études ont montré que 40 % des jeunes sans-abri sont LGBTQ.) Mêlant les éléments fantastiques aux éléments musicaux, “Saturday Church” sera comme un câlin chaleureux et une célébration joyeuse pour tout jeune qui réfléchit à son identité sexuelle.

Mucho Mucho Amor: The Legend of Walter Mercado

Mucho Mucho Amor: The Legend of Walter Mercado

OK, donc nous ne savons pas exactement comment Walter Mercado s’identifiait. Que ce soit dit à voix haute ou non, il n’y a pas de monde dans lequel un astrologue qui possède autant de capes ne peut pas être lu comme une personne homosexuelle – peu importe ce que son assistant de longue date dit de leur relation. Bien que les Latinos connaissent son nom depuis des décennies, l’icône portoricaine décédée a atteint une nouvelle renommée avec la sortie du documentaire Netflix divertissant et édifiant “Mucho Mucho Amor : La légende de Walter Mercado”. Premier astrologue au monde et le plus diffusé à la télévision, Mercado a honoré les écrans de télévision et les stations de radio de tous les marchés hispanophones pendant près de quatre décennies à partir des années 1970. Après avoir disparu de la scène publique au milieu d’une bataille juridique ardue sur les droits de son nom et de son œuvre, il s’est retiré dans une villa aux allures de forteresse à San Juan. Sa personnalité hors du commun, ses capes éblouissantes et son message d’amour édifiant lui ont valu la dévotion ardue de millions de fans dans le monde entier.

Dancing Queen

Dancing Queen

Hypnotisant à la fois en tant que capsule temporelle de l’histoire du queer et pour ses images vibrantes de film 35 mm (restaurées avec amour par Kino Lorber), “The Queen” est la chronique d’un concours de beauté de drag queens de 1967 – précédant d’environ 40 ans la “RuPaul’s Drag Race”. Le film nous emmène dans les coulisses et nous fait rencontrer les candidates qui répètent, font de l’ombre et se transforment en drag queens avant le grand événement. Organisé par l’icône et militante LGBTQ Flawless Sabrina, le concours s’est entouré d’un jury de stars, dont Andy Warhol, Larry Rivers et Terry Southern. C’est une tranche précieuse et vitale d’un passé queer qui est trop souvent effacé.

A Secret Love

Ce documentaire tendre retrace la relation de Terry Donahue et Pat Henschel, qui dure depuis près de sept décennies, et dresse le portrait de deux lesbiennes âgées qui font la paix avec leur santé chancelante. Le film offre un exemple précieux de relation homosexuelle engagée à long terme, ainsi qu’un témoignage essentiel de la façon dont les choses étaient différentes à l’époque. Il n’y a pas beaucoup de tournants dramatiques ou de révélations choquantes, mais “Un amour secret” est tout à fait agréable et sincère du début à la fin.

Si tu savais...
Si tu savais…

Le retour triomphal de la réalisatrice de “Saving Face” Alice Wu au cinéma est un riff queer sur “Cyrano de Bergerac” qui privilégie finalement l’amitié à la romance. C’est un point de vue rafraîchissant pour n’importe quel film, surtout dans le genre YA, et cela envoie un message poignant qui est beaucoup plus utile – et racontable – pour la plupart des enfants qu’une fin de conte de fées. La charmante protagoniste du film est Ellie Chu (Leah Lewis), une lycéenne précoce qui vit avec son père veuf et reste discrète à l’école. Lorsque le rustre Paul (Daniel Diemer) demande maladroitement à Ellie de l’aider à écrire des lettres d’amour à son coup de foudre, les deux hommes nouent une amitié improbable qui résiste à tous les obstacles qui se dressent sur leur chemin – même le fait d’aimer la même fille…

Circus of Books
Circus of Books

Il est difficile d’imaginer une meilleure prémisse pour un documentaire qu’un magasin de porno gay géré par un couple juif hétéro, mais ajoutez à cela que leur fille est la réalisatrice et vous obtenez l’un des films les plus surprenants de l’année. La cinéaste Rachel Mason suit les traces de la documentariste hybride Kirsten Johnson, mais y ajoute une bonne dose d’humour de la ceinture de Borscht, de tradition juive et d’histoire gay. Le récit affectueux qu’elle fait de ses parents, Barry et Karen Mason, et de la façon dont ils en sont venus à diriger l’un des lieux de drague gay les plus populaires de Los Angeles, est un mélange parfait de fouille personnelle et de narration captivante. Karen apparaît comme le personnage principal du film et la mère juive par excellence, marchandant à l’exposition sur le sexe et remettant en question les choix artistiques de sa fille dans le même souffle. C’est la confluence inattendue de ces éléments éclectiques qui en fait un film si singulièrement délicieux.

Lingua Franca Isabel Sandoval’s
Lingua Franca

Le portrait magistral d’Isabel Sandoval d’une immigrante philippine trans est si intimement rendu qu’il donne presque l’impression d’être trop proche par moments. Présenté en avant-première aux Venice Days, le film a été entièrement réalisé, écrit, produit et monté par Sandoval, qui joue également le rôle principal du film. Sandoval est ce que le cinéma queer a de plus proche d’un auteur transgenre travaillant à un tel niveau. Le film suit une femme trans sans-papiers qui économise pour se marier avec une carte verte, ce qui devient compliqué par une nouvelle romance. Monté avec précision et filmé avec une beauté austère, “Lingua Franca” est un exemple profond de ce qui se passe lorsque des voix marginalisées ont le plein contrôle créatif.


Alice Junior

Dégageant un charme, une énergie contagieuse et une confiance inébranlable, Alice est la protagoniste adolescente transgenre de vos rêves cinématographiques. Elle est finaliste d’un concours de télé-réalité pour jeunes mannequins, ce qu’elle ne laisse jamais oublier à son public adorateur via ses mises à jour YouTube pétillantes. Elle mène la belle vie dans une ville brésilienne chic lorsque son père la transfère de façon inattendue dans une campagne plus conservatrice. Alors qu’Alice doit faire face aux uniformes scolaires des garçons et aux brimades des ignorants, elle s’ouvre également à de nouvelles formes d’amitié. Gil Baroni, qui signe son premier long métrage, fait une entrée remarquée dans le monde du cinéma avec cette comédie transgenre coquette, sincère et festive. Plus de films trans comme celui-ci, s’il vous plaît.