in

La Mission : Un western de Tom Hanks bien joué mais prévisible

Un ancien soldat confédéré (Tom Hanks) reconduit une jeune fille kidnappée (Helena Zengel) dans La Mission.

 

Tom Hanks revient au cinéma dans un western bien joué, mais prévisible et sourd. La Mission (News of the World)  est une adaptation du roman de Paulette Jiles de l’écrivain / réalisateur britannique Paul Greengrass. C’est l’histoire d’un ancien soldat confédéré rendant une fille kidnappée par les Kiowa à l’époque de la reconstruction au Texas. Le film est magnifiquement tourné et rappelle les classiques du genre comme La Prisonnière du désert. Il souffre de la même critique en étant trop myope. Les Indiens d’Amérique et les esclaves libérés, impitoyablement subjugués après la guerre civile, font partie intégrante du récit, mais vaguement abordés à l’écran.

La Mission se déroule en 1870 à Wichita Falls, au Texas, cinq ans après la guerre civile. Par une nuit pluvieuse devant une foule envoûtée, le capitaine Jefferson Kyle Kidd (Tom Hanks) lit un assortiment de journaux avec éclat. L’ancien soldat confédéré voyage de ville en ville pour lire les nouvelles pour vivre modestement. Homme calme et sans prétention, le capitaine Kidd se retrouve dans une situation brutale le lendemain. Il trouve un homme noir lynché et une jeune fille blanche (Helena Zengel) vêtue d’une robe en peau de daim, se cachant dans les bois voisins.

Le capitaine Kidd récupère le journal du mort. Il a été chargé par l’Union de rendre l’enfant à sa famille dans le sud du Texas. Johanna Leonberger a été prise par la tribu Kiowa après avoir tué sa famille. Elle a été élevée en tant qu’indienne, ne parle pas anglais et a peur des hommes blancs. Les soldats de l’Union l’ont retrouvée lorsqu’ils ont forcé les Kiowa à quitter leurs terres. Le capitaine Kidd emmène Johanna à la garnison de la rivière Rouge, mais ils nient la responsabilité de la fille. Refusant de l’abandonner, le capitaine décide de ramener Johanna à ses proches; quatre cents milles au sud à travers un territoire dangereux.

La Mission est un drame de personnage captivant. Tom Hanks et l’actrice allemande Helena Zengel se jouent avec succès. Le capitaine Kidd a été physiquement et émotionnellement marqué par la guerre. Johanna a perdu deux familles à cause de violences sanglantes. Elle a peur, mais pas timide ou faible. Ils partagent les fardeaux d’un passé tragique. La fille a un esprit féroce, mais est toujours un enfant sans défense. Le capitaine Kidd est obligé de défendre Johanna contre les voyous qui veulent l’agresser. Paul Greengrass (Vol 93, La Mort dans la peau) ne craint pas les horreurs auxquelles une fille a été confrontée dans le vieil ouest.

La Mission a une superbe cinématographie, mais elle est utilisée stylistiquement pour marginaliser les Amérindiens représentés dans le film. Commençons par le bien. Le directeur de la photographie polonais Dariusz Wolski (la franchise pirates des Caraïbes, Seul sur Mars) est expert dans l’établissement de schémas de couleurs vives. Lui et Paul Greengrass décrivent le Texas comme brun et poussiéreux avec une palette en sourdine. C’est un regard captivant qui attire le spectateur. Mon problème est que les Kiowa ne sont jamais vraiment vus. Les Indiens sont représentés comme des silhouettes tout au long du film. Ils sont relégués au second plan et aux plans lointains. Cela n’a aucun sens lorsque leur présence est cruciale pour l’histoire. La Mission est la proie de l’insensibilité culturelle qui sévit depuis le début à Hollywood. Ne montrez même pas le Kiowa si vous allez simplement les utiliser comme accessoires.

Mes sentiments concernant La Mission sont décidément mélangés. D’une part, le film fonctionne comme une pièce de caractère avec de solides performances de plomb. Mais je suis profondément déçu de la façon dont Greengrass représente le Kiowa et le seul personnage noir du film. Je ne suis pas le sonneur du politiquement correct. Mais nous avons besoin de précision et de représentation correcte, en particulier dans un film avec la puissance de Tom Hanks. Les fans du genre occidental aimeront ce film, il mérite donc une recommandation à contrecœur. La Mission est une production de Playtone et Pretty Pictures. Il sortira en salles aux États-Unis le jour de Noël. En France, La Mission sera diffusé sur Netflix.