La Chine inflige une amende à Sony pour avoir programmé un événement à une “date sensible”

Les autorités chinoises ont déclaré avoir infligé une amende d’un million de yuans (environ 155 000 dollars) à la filiale chinoise du groupe Sony pour avoir enfreint les lois sur la publicité. Le conglomérat de l’électronique et du divertissement a fait l’objet de critiques en Chine cet été après avoir annoncé son intention d’organiser un événement de lancement de produits le 7 juillet, date anniversaire de la confrontation entre le Japon et la Chine en 1937, qui a conduit à la deuxième guerre sino-japonaise.

Sony s’est excusé et a annulé l’événement suite à de fortes réactions. Toutefois, les autorités chinoises ont infligé une amende à la société la semaine dernière, estimant que ses actions portaient atteinte à la dignité de la nation. La loi chinoise sur la publicité stipule que les publicités en ligne ne doivent pas porter atteinte à la dignité ou aux intérêts de l’État. L’amende d’un million de yuans que Sony doit payer est le montant maximum prévu par la loi chinoise.

La division chinoise de Sony a déclaré que l’entreprise “respecte la décision et coopérera”. La division a déclaré : “Nous avons examiné en profondeur et amélioré nos opérations sous la direction du département d’État concerné afin de ne pas commettre d’erreurs similaires”, ajoutant que “nous utiliserons cette affaire comme une leçon pour prendre des mesures préventives appropriées dans nos opérations quotidiennes.”

Le 7 juillet marque l’anniversaire de l’incident du pont Marco Polo en 1937, qui a déclenché la deuxième guerre sino-japonaise. Les autorités chinoises ont également indiqué qu’elles avaient infligé une amende de 400 000 yuans à l’unité chinoise de la société sud-coréenne Samsung Electronics, en alléguant que les publicités de la société pour deux modèles de smartphones violaient les lois sur l’interférence avec l’ordre social et l’encouragement à la désobéissance.