Alice Braga dit au revoir à la “Reine du Sud” : “Teresa est maîtresse de son propre chemin”.

Lors d’une scène de la série “Reine du Sud” dont la cinquième et dernière saison sera lancée ce mercredi. Le parcours épineux et sanglant de Teresa Mendoza s’achève avec la dernière saison de “Reine du Sud”, une série qui fait déjà ses adieux avec une Alice Braga très fière de ce que son personnage a accompli.

La série “Reine du Sud”, dont la cinquième et dernière saison sera présentée mercredi. Le parcours épineux et sanglant de Teresa Mendoza s’achève avec la dernière saison de “Reine du Sud“, une série qui fait déjà ses adieux avec une Alice Braga très fière de ce que son personnage a accompli.

Le parcours épineux et sanglant de Teresa Mendoza touche à sa fin avec l’ultime saison de “Reine du Sud”, une série qui fait déjà face à ses adieux avec une Alice Braga très fière de ce que son personnage a accompli.

“J’aime qu’elle soit propriétaire de son chemin, qu’elle ait écrit son histoire”, a déclaré l’artiste brésilien à Efe.

La cinquième et dernière saison de “Reine du Sud” sera lancée mercredi sur USA Network. Dans cette saison, Teresa Mendoza prend les rênes de sa vie pour régler ses comptes avec le passé et défier ses ennemis à New York.

D’après le roman d’Arturo Perez-Reverte, Braga (Sao Paulo, Brésil, 1983) a repris en 2016, en anglais et pour les États-Unis, cette histoire qui avait déjà été portée en 2011 sur le petit écran avec Kate del Castillo dans la série hispanophone “La reina del sur”.

Les émotions intenses pour Braga en 2021 ne se termineront pas avec les adieux de la “Reine du Sud”, puisque l’actrice de films comme “La Cité de Dieu” (“Cidade de Deus”, 2002) ou “Je suis une légende” (“I Am Legend”, 2007) présentera en août le nouveau “Suicide Squad” (“La Brigade des suicides”), du réalisateur James Gunn et dans lequel elle apparaît aux côtés de Margot Robbie, Idris Elba et John Cena.

Queen of the South Season 5 Trailer (HD) Final Season

La force de Teresa dans Reine du Sud

Question : Qu’est-ce qui vous manquera le plus chez Teresa Mendoza ?

Réponse : Je pense que la force qu’elle a. C’est une femme qui a la volonté de survivre, qui ne se victimise pas avec les problèmes que la vie lui a imposés.

Elle commence la série en tant que petite amie d’un trafiquant de drogue, très naïve, très délicate et quelque peu perdue dans ce monde. Et puis elle devient quelqu’un qui a beaucoup de succès dans le commerce de la drogue.

Q : Teresa a toujours été une femme dans un monde d’hommes, comment a-t-elle survécu et réussi dans cet environnement ?

R : Grâce à son intelligence (…) Lorsqu’elle se trouvait dans une situation limite entre la vie et la mort, elle savait toujours comment s’échapper en pensant à l’avenir, en pensant à l’autre, en pensant aux moyens possibles de s’en sortir et de s’échapper.

Elle n’a jamais cherché que le pouvoir, mais elle voulait survivre. C’est un instinct très primaire, très vrai.

Q : Dans le premier épisode de la cinquième saison, Teresa dit qu’elle est fatiguée de fuir et qu’il est temps pour elle de devenir une chasseuse. Est-ce une nouvelle Teresa ?

A : Elle est très différente cette saison.

Avec tout ce qui s’est passé dans le quatrième, qui a perdu son filleul et a eu tant de pertes dans sa vie, a pensé que pas plus (…) Il ya un moment de “assez, maintenant je dois mettre mes cartes sur la table et être le patron.

J’aime la cinquième saison parce que c’est un arc très complet d’une femme qui décide de sa vie de petite fille à Culiacan (Mexique) pour devenir la propriétaire d’un gigantesque trafic de drogue, d’une gigantesque entreprise.

Teresa est maître de son propre chemin : elle a créé et écrit son histoire. Et j’adore ça.

C’est exactement ce dont il s’agit dans cette saison : comment elle perçoit que les choix qu’elle a faits dans sa vie l’ont menée là où elle est. Elle dit : “J’en ai assez de jouer”, je ne veux plus jouer à des jeux. J’y vais à fond maintenant” (rires).

Reine du Sud : L’amour entre criminels ?

Q : La série parle beaucoup de violence et de vengeance, mais il y a aussi une partie romantique de Teresa avec James (Peter Gadiot). Y a-t-il une place pour l’amour dans la vie de Teresa ?

A : C’est très intéressant car l’amour a toujours été un sujet très difficile pour elle.

Chaque fois qu’elle tombait amoureuse de quelqu’un ou qu’elle ressentait de l’affection pour quelqu’un, cette personne disparaissait (…) James était comme un professeur pour elle, mais la difficulté de l’amour dans un business comme le trafic de drogue est qu’il vous rend plus faible, plus susceptible d’être attrapé par le cœur.

Quand James revient dans cette saison, il revient en lui donnant beaucoup d’informations. Et c’est un peu pour faire face à ça.

Mais c’est impossible, je pense que l’amour sauve toujours, mais c’est très difficile dans une série comme celle-ci. Le monde de la drogue n’est pas vraiment adapté à l’amour, n’est-ce pas ? (sourires).

Q : Après cinq saisons d’une série américaine en anglais et avec un protagoniste latino, quel héritage laissera “Reine du Sud” ?

A : J’ai été très honoré de pouvoir jouer le rôle de Teresa.

J’avais lu le livre environ sept ans avant de tourner l’épisode pilote (…) Nous avons fait la série très différemment du roman : nous avons fait le premier épisode plus comme le livre et ensuite les créateurs (de “Reine du Sud”) ont pris d’autres directions.

Mais j’ai toujours aimé le personnage du livre. J’ai essayé de trouver la personnalité, l’âme, la colonne vertébrale et la vibration de la Teresa du roman.

Pouvoir faire jouer une femme latina à cette époque de la télévision aux États-Unis était un grand honneur, mais, bien sûr, c’est une histoire de trafiquants de drogue.

Je pense que nous devons raconter des histoires de Latino qui ne sont pas seulement des histoires d’immigrants, de trafiquants de drogue ? Il serait bon de parler simplement de personnages qui sont latinos et qui ont des histoires normales.

J’ai cherché à déconstruire dans cette série cette forme de trafiquant de drogue qui est mauvais, qui n’a pas de cœur, qui tue toujours et qui tue pour rien. Je cherchais l’anti-héros, mais Teresa est l’héroïne de sa propre vie.

J’ai essayé de retrouver le classique dealer et la violence, parce qu’il y a beaucoup d’action dans la série, mais aussi (de montrer) en équilibre avec la force des femmes et la façon dont elles décident de leur vie.