Le costumier de la série Jupiter’s Legacy utilise la technologie des baskets pour créer les tenues des super-héros de la série Netflix.

Les costumes de la série Jupiter's Legacy

Les costumes de la série Jupiter's Legacy

Lorsque la costumière Lizz Wolf a été chargée de créer les tenues de super-héros pour la nouvelle série “Jupiter’s Legacy“, basée sur les bandes dessinées de Mark Millar et Frank Quitely, elle a compris la tâche herculéenne qui l’attendait. Ce qu’elle n’avait pas réalisé, c’est à quel point la technologie des baskets ferait partie intégrante de son travail.

Arrivée sur le 7 mai, la série suit deux générations de super-héros qui passent le flambeau à la suivante. Enjambant les lignes temporelles mais se déroulant en grande partie dans le présent, l’action considère la lutte des jeunes héros pour réconcilier leurs identités et leur héritage.

Wolf a été l’un des premiers membres de l’équipe à être recruté par le producteur exécutif Steven S. DeKnight, qui avait aidé à faire décoller “Daredevil” de . “Lui et Netflix ont compris l’intérêt d’essayer de développer ce monde, et on m’a demandé de construire cet univers cinématographique à partir de rien”, explique Wolf.

Pour Wolf, les bandes dessinées ont servi de feuille de route. Elle n’a pas seulement ressenti la pression d’honorer l’original, mais aussi celle de créer des designs adaptés à l’avenir. Tous les matériaux ont été personnalisés. “Je voulais que tout passe au niveau supérieur, alors nous avons fait beaucoup d’impressions, de textures et de techniques expérimentales sur les tissus”, explique-t-elle.

Wolf a fini par s’associer aux développeurs du Flyknit de Nike, qui ont également travaillé avec Yeezy et Tesla, pour appliquer leur stratégie de tricotage par ingénierie 3D – qui permet de traduire des motifs texturés complexes en chaussures d’une seule pièce – à des costumes entiers.

“Il s’agit d’un tricotage à motifs multiples, à fils simples, sans couture”, explique Wolf.

L’idée était de créer des tenues robustes et respirantes qui étaient comme une seconde peau pour les membres de la distribution, notamment Kathryn Davis (Phaseout) et Tenika Davis, dont l’alter ego est Flare II. Comme son père, Flare II a la capacité de lancer des explosions d’énergie. La palette de couleurs vives de son costume a été conçue pour suggérer la puissance qui l’habite. Lorsqu’elle est en mode combat, son emblème de poitrine rouge foncé s’allume. Des accents orange rayonnent et ses gants sont blancs pour représenter la chaleur intense.

Selon Wolf, cette technologie est de bon augure pour les créations du genre. “Je pense que cela va révolutionner la façon dont les super-combinaisons peuvent être fabriquées à l’avenir”, dit-elle. “Nous avons finalement essayé d’utiliser la technologie des baskets comme principale source d’inspiration pour la prochaine génération [de super-héros].”