Actualités

Lovecraft Country Episode 5 Review: Cas étrange

C’est l’une de mes histoires préférées à ce jour en Pays de Lovecraft. J’adore l’examen des privilèges, de la féminité et de la respectabilité, et comment Ruby est autorisée à examiner ces choses à partir de différentes positions de pouvoir. J’aime aussi le fait que Ruby soit autorisée à être en colère et à avoir des sentiments compliqués à propos de Tamara, même si cela se manifeste de manière pas nécessairement sympathique. Hillary dit à ses collègues blancs que Tamara les emmènera dans un bar du côté sud après le travail. Après quelques verres, Ruby sort et voit Paul, son manager, tenter d’agresser Tamara.

Ruby est en colère contre tant de choses et il est difficile de savoir où concentrer cette colère. Sa conversation avec Christina offre une certaine clarté. «Vous avez mal compris l’invitation de William. Ce n’était pas une invitation à être blanc. C’était une invitation à faire ce que tu veux. C’est la monnaie de la magie, de la liberté absolue.  » Dans cet esprit, Hillary donne sa démission, fait semblant de séduire Paul, puis trouve un endroit créatif pour pousser à plusieurs reprises un talon aiguille. «Bodak Yellow» de Cardi B joue alors que Ruby laisse sa façade de femme blanche s’effondrer autour d’eux. Elle dit à Paul: «Je voulais que tu saches qu’une putain de salope t’a fait ça», faisant écho à ses paroles à Tamara de la nuit précédente. Christina demande qui Ruby est vraiment ininterrompue et nous avons un aperçu de la réponse: quelqu’un d’inconnu.

Plus tard, Ruby affronte William, mais il commence à se tordre de douleur. Christina se fraye un chemin hors de sa peau, dans une métamorphose comme celle de Ruby. Je m’intéresse à une exploration de leur attirance et de leur sexualité, et comment celles-ci sont compliquées par des formes physiques changeantes et des dynamiques de pouvoir changeantes. J’attends aussi avec impatience la dynamique entre Leti, Ruby et Christina lorsque leurs relations entre elles seront révélées.

Cet épisode nous livre Montrose au début d’une transformation qui lui est propre. Lorsque Tic découvre que son père a tué Yahima et détruit les pages, il le bat sauvagement, ne s’arrêtant que par une intervention – ce qui effraie légitimement le Leti. Montrose, enflé et abattu, cherche le réconfort dans l’étreinte charnelle de Sammy, confirmant, définitivement, qu’il est un homme queer. À un drag ball, a la Pose, Montrose boude avant d’être entraîné dans des danses réticentes avec certaines des reines. Puis il commence à danser plus librement, se balançant et tournoyant joyeusement. Les reines l’entourent et le soulèvent physiquement. Cette métaphore visuelle est une scène belle et affirmée à regarder. C’est peut-être la première fois que Montrose se permet d’être pleinement libre et totalement embrassé. Il embrasse Sammy publiquement, passionnément et sans réserve. Montrose est changé.

Tic rêve de son évasion du lodge Ardham, sauf que dans son rêve, son ancêtre ne sourit pas. Hanna dit quelque chose, et Tic prend feu, puis il se réveille. Malgré les meilleurs (pires) efforts de Montrose, Tic est capable de déchiffrer une partie de La langue d’Adam, et ce qu’il découvre le ramène en Corée. Il compose le numéro de Ji-ah, vraisemblablement, et sa réponse à sa question suggère qu’elle est liée à sa vie magique. Nous savons que sa relation avec elle était étrange et qu’il la voyait à la fois comme une entité positive (la princesse rouge de son rêve) et négative (le soldat qu’il a combattu à Ardham Lodge). Elle est clairement importante, peut-être membre d’une autre loge, et j’espère que son introduction formelle à l’histoire élargira encore plus le monde magique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *