Un guide scientifique des meilleurs masques à porter

Les masques, qui sont très efficaces pour réduire la transmission lorsqu’ils sont portés correctement, sont déjà obligatoires dans les lieux publics intérieurs au Royaume-Uni. On parle de les rendre obligatoires dans certains environnements extérieurs, comme c’est actuellement le cas en Espagne.

Le Royaume-Uni devrait peut-être suivre l’exemple de la France et obliger les personnes qui font du jogging ou du vélo à porter des masques s’ils ne sont pas en mesure de maintenir une distance physique avec les piétons.

Il existe de nombreux arguments contre une telle mesure. Le risque de transmission du coronavirus à l’extérieur est d’un ordre de grandeur inférieur à celui à l’intérieur, selon une étude qui n’a pas encore été publiée dans une revue scientifique. L’exercice en plein air est l’une des rares libertés dont disposent encore les Britanniques. Lors du jogging ou du vélo, les contacts ont tendance à être rares et éphémères, ils ne répondraient donc pas à la définition officielle du Royaume-Uni d’un «contact étroit» pour lequel il faut passer 15 minutes à moins de deux mètres – bien que cette période puisse désormais être notée en une série de rencontres plus courtes tout au long d’une journée.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) insiste sur le fait que: «Les gens ne devraient PAS porter de masque lorsqu’ils font de l’exercice, car les masques peuvent réduire la capacité de respirer confortablement»; et «La sueur peut rendre le masque mouillé plus rapidement, ce qui rend la respiration difficile et favorise la croissance des micro-organismes.» La recommandation de l’OMS est de maintenir au moins un mètre de distance physique des autres.

Mais il existe également de solides arguments pour contester les conseils de l’OMS. Le principal étant que le NHS est vraiment débordé pour la première fois de ses 70 ans d’histoire en raison de l’augmentation des admissions à l’hôpital Covid. Toutes les mesures possibles doivent être prises pour réduire ces chiffres.

Plus de la moitié de tous les cas de Covid sont contractés chez des personnes qui ne présentent aucun symptôme au moment où elles le transmettent. La règle des 15 minutes pour un contact étroit est arbitraire (basée sur la coutume et la pratique plutôt que sur des preuves empiriques). Les règles de distance d’un mètre ou deux mètres (qui découlent autant de modèles économiques de perte de productivité que de preuves scientifiques de protection) ne signifient pas que si les gens se maintiennent à ces distances, ils sont en sécurité. Les règles signifient seulement que les personnes les plus éloignées sont moins susceptibles de s’infecter les unes les autres.

Argument éthique

Les masques fonctionnent principalement en protégeant d’autres personnes. Les piétons passés par un jogger ou un cycliste relativement jeune et en forme comprennent des personnes âgées ou plus vulnérables à Covid et à ses complications. S’il y a un risque de transmission, il y a sûrement un argument éthique à masquer.

Le souffle expiré d’une personne qui fait de l’exercice vigoureusement a une composition et des propriétés aérodynamiques différentes de celles de quelqu’un qui ne l’est pas. Comme nous le savons tous, un jogger qui passe respire fortement, générant des expirations avec un élan beaucoup plus élevé que lors d’une respiration au repos.

Par temps froid, des nuages ​​d’air chargé d’humidité deviennent visibles lorsque le jogger expire – et ces nuages ​​se propagent beaucoup plus loin que ceux expirés par les marcheurs. Des études formelles de l’aérodynamique de la respiration confirment que les respirateurs lourds émettent des nuages ​​de gaz turbulents dans lesquels sont en suspension des gouttelettes et des microgouttelettes de différentes tailles, dont certaines sont transportées considérablement plus loin que deux mètres.

Plusieurs variantes de coronavirus se sont révélées plus transmissibles que le virus d’origine. Parce que chaque personne infectée est désormais susceptible d’infecter entre 30% et 60% de personnes de plus qu’auparavant, une inhalation malchanceuse à proximité d’un jogger qui passe – elle-même une possibilité rare – est désormais beaucoup plus susceptible d’entraîner une série croissante de cas secondaires. , dont un ou plusieurs pourraient être mortels.

Contrairement à certaines sources d’information, il n’y a aucune preuve que le jogging occasionnel dans un masque (par opposition à un exercice vigoureux effectué dans un respirateur ajusté dans le but spécifique de pousser sa physiologie à des extrêmes) entraîne des dommages métaboliques importants. Et en particulier, les niveaux d’oxygène dans le sang ne sont pas réduits lors de l’exercice avec un chiffon ou un masque médical.

L’OMS a raison de dire que les masques peuvent réduire la capacité de respirer confortablement, par des masques en matériaux (tels que la mousseline multicouche ou une combinaison mousseline-flanelle) qui ont une faible résistance mais une capacité de filtration élevée réduira ce problème. La variation de votre itinéraire d’exercice peut permettre de retirer le masque en toute sécurité pour certaines sections – par exemple, lorsque vous atteignez un parc. Un masque humide peut être remplacé par un masque sec de rechange transporté à cet effet.

Une dernière raison de porter des masques lors de l’exercice à proximité d’autrui est le message de solidarité sociale qu’il véhicule. Le jogger ou le cycliste masqué dit à la fois “la pandémie est toujours très grave” et “votre sécurité est plus importante que mon confort ou mon temps au tour.” Au lieu de confrontations agressives entre les sportifs sans masque et les marcheurs effrayés (ce qui implique parfois l’acte potentiellement contagieux de crier de près), nous pourrions nous attendre à ce que les deux parties échangent une vague silencieuse alors qu’elles passent paisiblement.

Presque toutes les recherches sur les masques et l’exercice ont été menées dans des laboratoires spécialisés. Ma propre équipe est sur le point d’entreprendre un essai contrôlé randomisé plus pragmatique de l’impact de différents types de masques sur la capacité d’exercice, le confort et les marqueurs physiologiques chez les personnes faisant de l’exercice en plein air. Nous espérons rendre compte des résultats de cette étude plus tard cette année.

Le titre de cet article a été mis à jour pour clarifier l’argument avancé selon lequel les masques ne devraient être portés par les joggeurs et les cyclistes que s’ils ne peuvent pas maintenir une distance de sécurité avec les piétons.

Cet article a été initialement publié sur The Conversation par Trish Greenhalgh de l’Université d’Oxford. Lisez l’article original ici.

No tags for this post.