in

Bill et Ted font face à la revue musicale

Tu vois, Bill et Ted affrontent la musique est une conclusion audacieuse à l’histoire de ces personnages (même si elle prépare le terrain pour un passage du flambeau à la génération suivante). Plus que ça? C’est un film de crise de la quarantaine magnifiquement conçu qui m’a plus touché que les œuvres de Noah Baumbach sur le même thème ne le pourraient jamais.

Pas vraiment. Ce film est beaucoup plus racontable que Histoire de mariage, même avec tout le déplacement dans le temps.

L’intrigue parfois trop complexe du film implique que l’avenir se détruit parce que Bill et Ted n’ont pas encore écrit la chanson que Rufus (un George Carlin très regretté) leur a dit qu’elle unirait l’humanité. Un rapide vidage d’informations au début de ce film explique comment, après la fin la plus triomphante de Le faux voyage de Bill et Ted, le couple et leurs Wyld Stallyns (qui comprend Death, à nouveau joué ici avec la joie de voler la scène de William Sadler) se sont effondrés après le succès de leur single à succès «Ceux qui rockent». En vrai Derrière la musique la mode, les ruptures et les procès ont suivi, et Wyld Stallyns était de retour à jouer dans leurs sous-sols et Elks Lodge… toujours à la recherche de la chanson qu’ils sont destinés à écrire.

Le fait qu’ils continuent à échouer lamentablement dans ce domaine donne aux quinze premières minutes du film l’essentiel de son poids comique, jusqu’à ce que l’intrigue commence à se compliquer, vire à des tangentes inattendues. Kelly, la fille de Rufus (Kristen Schall de Bob’s Burgers et Vol des Conchords Fame) arrive du futur pour dire à Bill et Ted que leur chanson doit être écrite en quelques heures à moins que non seulement l’humanité ne soit détruite, mais aussi l’univers. (Des déplacements temporels se produisent dans le monde entier, ce qui fait que Babe Ruth est ramenée dans la révolution américaine, parmi plus de chaos chronologique). Cette découverte s’ajoute aux relations conjugales déjà tendues que Bill et Ted entretiennent avec leurs épouses Joanna (Jayma Mays) et Elizabeth (Erinn Hayes), les princesses qu’ils ont sauvées. L’excellente aventure de Bill et Ted et qui sont de plus en plus fatigués que leurs maris agissent comme une unité au lieu d’individus.

Ce n’est pas un problème que les filles de Bill et Ted, Thea (Samara Weaving) et Billie (Brigette Lundy Paine) ont. Thea et Billie et se consacrent entièrement à leurs pères, leur offrant un soutien constant alors qu’ils écrivent clunk après clunker. Les personnages sont les vedettes de Bill et Ted affrontent la musique, donnant au film un centre émotionnel sur lequel les téléspectateurs peuvent s’accrocher. Sans parler du casting inspiré, Weaving et Paine font un travail exceptionnel en incorporant les traits de personnalité de Bill et Ted dans leur propre performance dans une classe de maître en subtilité comique.