in

Ella Fitzgerald et Count Basie documentaires à venir cet automne

Il ne faut pas Sherlock Holmes pour nous dire qui est la reine du jazz. C’est Ella Fitzgerald, mon cher Watson, Lady Ella. William Basie a commencé à jouer des touches de piano boogie-woogie dans un club de Harlem destiné aux «célébrités des quartiers chics». Après un passage rapide à Kansas City, il est revenu en tant que Count Basie. Il y a peu de véritables redevances parmi le jazz, demandez à quiconque attend des chèques résiduels, mais comme Duke Ellington l’a clairement indiqué, ces deux-là avaient ce qui les faisait basculer. Eagle Rock Entertainment sort deux documentaires célébrant ces icônes du jazz américain: Ella Fitzgerald: juste une de ces choses et Count Basie: à travers ses propres yeux exclusivement sur les formats numériques le 11 septembre.

« Bénéficiant récemment d’une sortie de cinéma virtuel extrêmement réussie, Ella Fitzgerald: juste une de ces choses présente un regard profond et perspicace sur la vie de la «Première Dame de la chanson» », selon le communiqué de presse. «Le parcours d’Ella Fitzgerald est complètement exploré, depuis sa jeunesse dans les rues de Harlem pendant la Grande Dépression, jusqu’à son ascension fulgurante en tant que chanteuse de jazz renommée, innovatrice et superstar internationale contre les probabilités du racisme et du sexisme sévères. Le documentaire a été réalisé par la cinéaste primée Leslie Woodhead et produit par le romancier Reggie Nadelson.

Ella Fitzgerald: juste une de ces choses combine des images inédites avec des conversations avec Smokey Robinson, Tony Bennett, Johnny Mathis, Itzhak Perlman, Norma Miller, feu Andre Previn, et une rare conversation avec le fils d’Ella Fitzgerald, Ray Brown Jr.