in

The Alienist: Angel of Darkness Episode 7 Review – Dernière sortie à Brooklyn

Utiliser l’enfant de Libby comme appât ne fonctionne pas exactement comme prévu, car un leurre Libby arrive à la porte de Mallory Hunter au lieu du vrai Libby. Cependant, Libby observe depuis un endroit suffisamment proche pour la faire reconnaître par les patrouilleurs, y compris le capitaine Doyle. Doyle la traque dans une impasse, mais l’insouciance le fait détourner les yeux de Libby assez longtemps pour se faire poignarder et tuer. C’est une mort horrible pour un personnage répugnant mais ce n’est pas vraiment choquant. À la minute où nous voyons Doyle et Libby isolés, il est clair dans quelle direction les choses vont se passer.

On ne peut pas en dire autant de la fin de l’épisode. Avant le point culminant, le cliffhanger se terminant par «Last Exit to Brooklyn», Sara confronte ses sentiments pour John de la manière la plus directe qu’elle puisse rassembler. John la supplie essentiellement de dire le mot, et il terminera les choses avec Violet, mais Sara ne peut pas se résoudre à vocaliser ce qu’elle veut. Il semble qu’elle se soit résignée à perdre John, mais elle commence alors à rappeler, réalisant peut-être qu’il n’est pas faux de reconnaître son amour pour John. Il est difficile de savoir exactement quelle est son intention de rappeler John, mais avant qu’elle ne puisse le joindre, quelqu’un entre dans son bureau.

Sara espère que c’est John, mais en réalité, une Libby furieuse sort de l’ombre et demande à savoir où se trouve sa vraie fille. Sara gère la situation avec tact du mieux qu’elle peut, parlant aussi humainement que possible à Libby et promettant d’essayer de faciliter une réunion avec sa fille, mais ce n’est pas suffisant. Libby est partie trop loin et elle pointe son arme sur Sara, mais John arrive juste à temps pour faire tomber son arme de sa visée. Libby et John luttent pour l’arme alors que Sara vole après l’arme de son père. Une fois la poussière retombée, Libby a John à la gorge et Sara a Libby dans son réticule.

Bien que ce soit un épisode plutôt lourd, Kreizler et Karen ont un voyage amusant dans un sex club qui pousse une fois de plus Kreizler hors de sa zone de confort d’une manière saine pour le bon médecin. Karen se voit offrir un emploi en dehors de la ville et attend essentiellement que Kreizler lui demande de rester, mais la formalité rigide de Laszlo l’empêche de s’exprimer de la même manière que Sara. J’adore les scènes entre cette paire dans le vide, mais encore une fois, elles se sentent si éloignées du reste de la procédure. À première vue, Karen quitte peut-être Kreizler pour Freud.