in ,

Ben Affleck réalisera un film sur Hollywood Making Chinatown

Ben Affleck revient dans les années 1970 à Hollywood pour son prochain travail de réalisateur. En tant que cinéaste qui a remporté l’Oscar du meilleur film pour Argo en 2013, un film qui a brièvement croisé Tinseltown à la hauteur de Guerres des étoiles fièvre à la fin des années 70, Affleck connaît déjà bien le cadre de Le grand au revoir, qui est en cours de développement chez Paramount Pictures. Et avec le nouveau film axé sur les luttes de Paramount pour créer le légendaire quartier chinois, cela signifie qu’Affleck dirige un film où Jack Nicholson, Roman Polanski et Faye Dunaway sont tous des personnages.

Également prêt à écrire le scénario, Affleck tirera du livre de non-fiction The Big Goodbye: Chinatown et les dernières années d’Hollywood par Sam Wasson. Le film est sans surprise proche et cher au cœur des initiés de Paramount, ainsi que Saturday Night Live producteur exécutif Lorne Michaels, qui a acheté les droits du livre. Michaels produira aux côtés d’Affleck.

Le projet déballera la réalisation de ce qui est largement considéré comme l’un des plus grands films de l’histoire d’Hollywood. Un néo noir inspiré du mouvement original du film noir des années 1940 et 1950, mais maintenant raconté avec un cynisme et un sens de la perspective post-Watergate et post-Vietnam, quartier chinois a stupéfié le public lors de sa sortie en 1974. Des actes soudains de violence choquante, une paranoïa conspiratrice et une fin sombre ont tous convergé vers un public grand public prêt à embrasser le nihilisme – ce qui semble assez étranger aujourd’hui.

quartier chinois était également un produit du mouvement «New Hollywood» de la fin des années 60 et 70, dont beaucoup considèrent le deuxième âge d’or d’Hollywood: une ère où plus de risques étaient pris et où le naturalisme et les auteurs étaient préférés à la réalisation de films de formule et de genre. Il a également vu de jeunes cinéastes affamés se hisser au rang d ‘«auteur». Pensez à Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, Brian De Palma, Steven Spielberg, George Lucas, William Friedkin, Bob Fosse et, oui, Roman Polanski. L’époque a également cédé la place à des excès d’auteur, peut-être mieux illustrés par Polanski qui a plus tard plaidé coupable d’avoir drogué et violé une fille de 13 ans quatre ans après avoir fait quartier chinois.

No tags for this post.