in

Revue Rebecca: ce qui est vieux est nouveau

Et c’est là que les ennuis commencent, en tant que fans du roman et du film de 1940. Manderley est hanté par la présence invisible de l’ancienne Mme de Winter, qui était apparemment non seulement l’épouse et l’hôtesse parfaite (et qui lançait un bal somptueux chaque année pour la crème de la crème de la société britannique), mais qui a également inspiré les esclaves. dévotion de tous ceux qui sont tombés sur son orbite – en particulier Mme Danvers (Kristin Scott Thomas), la femme de ménage froide et malveillante qui voit clairement la nouvelle Mme de Winter comme à la fois indigne de son mari et de la maison dont elle est maintenant la maîtresse.

L’original Rebecca était une étude classique des genres au sein des genres: ce qui commence comme une romance laisse place à un suspense psychologique, qui à son tour se transforme en mystère gothique. Alors que Hitchcock a tourné son film en noir et blanc, avec ce format offrant un contraste naturel entre la lumière et l’obscurité, et les ombres entre les deux, Wheatley et la directrice de la photographie Laurie Rose utilisent l’interaction de la lumière et de la couleur de différentes manières. Les scènes d’ouverture à Monte Carlo sont tachetées de soleil et débordantes de vie et de vitalité, mais une fois que les de Winters arrivent à Manderley, le gris remplit le ciel et une obscurité subtile commence à infiltrer tout, transformant même les couleurs les plus vibrantes sinistres et spectrales.

Manderley, un manoir balayé par le vent qui se trouve au bord d’une mer sombre et orageuse, est littéralement à bien des égards une maison de miroirs. Ses couloirs labyrinthiques et ses salles secrètes sont à la fois vastes et claustrophobes, et la caméra rôde dans ses couloirs comme le fantôme de Rebecca elle-même. Wheatley tire souvent le meilleur parti de ses décors, et ici Manderley (qui a été cousu ensemble à partir de huit manoirs différents à travers le Royaume-Uni) est un personnage aussi compliqué que n’importe lequel de ses habitants passés et présents, à la fois gardant et révélant ses secrets au fur et à mesure que l’histoire se déroule. .

Kerry Brown / Netflix

Quant à la distribution, il ne semble pas que le réalisateur puisse faire mieux avec ses trois rôles principaux. James, qui est capable d’exprimer la terre, l’élégance et une certaine rêverie, est bien adapté au rôle de la naïve et innocente Mme de Winter, évoluant vraisemblablement en une femme forte prête à se battre pour ce qui est le sien. Hammer est à la fois maussade et incroyablement intense en tant que Maxim, avec son apparence toujours frappante et son physique imposante masquant efficacement le chagrin et la culpabilité du personnage. Quant à Dame Kristin Scott Thomas, son immobilité naturelle, ses manières aristocratiques et sa force enroulée en font le seul et unique choix de Mme Danvers, une femme qui peut briser la confiance de quelqu’un en elle-même d’un simple sourcil.

Regarder ces trois-là creuser dans ce matériau est un réel plaisir, et le contrôle généralement constant de l’atmosphère et du ton de Wheatley lui vaut le droit de se livrer à certaines de ses touches plus personnelles, comme lorsque la balle réactivée lancée par la nouvelle Mme de Winter se transforme. la maîtresse de l’esprit agité de la maison – dans une bacchanale psychédélique dans laquelle tout le monde chante le nom de son prédécesseur. Mais le réalisateur trébuche au troisième acte, lorsque la bataille psychologique maussade du film cède la place à une combinaison de mystère de meurtre et de drame de la salle d’audience. Bien que fidèle au texte, le troisième acte du film est manifestement précipité et déroutant, comme si Wheatley voulait juste passer par l’exposition pour pouvoir se rendre à la célèbre scène finale.

  • Maisons du Monde Banquette convertible 1 place en velours vieux rose Nio
    Le bois de ce meuble est certifié FSC. Ce label garantit que le bois est issu d’une forêt gérée de façon responsable : vous aussi, participez à la préservation des forêts et de la biodiversité en choisissant ce produit. Besoin d'un meuble qui mixe à merveille fonctionnalité et style ? On a la solution avec la
  • PID Pépites de roches tendres Warner - Warner roches tendres pépites Vol 2 (c’est un monde qui passe) import USA [CD]
    Pépites de roches tendres Warner - Warner roches tendres pépites Vol 2 (c’est un Happening W (nouveau CD) Label : Warner Format : CD Date de sortie : 22 Ma...
  • Maisons du Monde Banquette convertible 1 place en velours vieux rose Nio
    Le bois de ce meuble est certifié FSC. Ce label garantit que le bois est issu d’une forêt gérée de façon responsable : vous aussi, participez à la préservation des forêts et de la biodiversité en choisissant ce produit. Besoin d'un meuble qui mixe à merveille fonctionnalité et style ? On a la solution avec la
  • INTENSEDECO Canapé 3 places James Velours Vieux rose pieds doré - INTENSEDECO
    Mobilier d'intérieur Meuble de salon Canapé et canapé convertible Canapé INTENSEDECO, James est un canapé à pieds dorés disponible en 2 places et en 3 places. Inspiré du style Art Déco du 20ème siècle, il remplit la double fonction d'être à la fois un meuble qui invite à se prélasser et un objet
  • INTENSEDECO Fauteuil James Velours Vieux rose pieds doré - INTENSEDECO
    Mobilier d'intérieur Meuble de salon Fauteuil INTENSEDECO, James est un fauteuil à pieds dorés disponible également en canapé 2 places et en 3 places. Inspiré du style Art Déco du 20ème siècle, il remplit la double fonction d'être à la fois un meuble qui invite à se prélasser et un objet décoratif à part
  • Ma Chambre d'Enfant Lit enfant empilable avec sommier Happy Vieux rose 90x190 cm
    Bébé se sent à l’étroit dans son lit à barreaux ou commence à l’escalader ? A la recherche d’un lit enfant à ras le sol ? Besoin d’un lit gain de place ? Le lit enfant Happy est fait pour vous ! Idéal pour votre bout d’chou qui passe dans un lit de grand ou pour avoir des lits d’appoints pour recevoir les