Le changement de date du GP de France était “un défi”, déclare Boullier

Suite à l’annulation du GP de Turquie, la F1 a demandé à Boullier de déplacer l’épreuve Paul Ricard de sa date initiale du 27 juin au 20 juin, afin de faire place à une deuxième course en Autriche.

Cela a donné à Boullier et à son équipe des maux de tête logistiques et a conduit certains spectateurs à demander des remboursements car ils ne pouvaient plus se rendre à la nouvelle date.

“C’était un gros problème”, a déclaré Boullier à Autosport. “Vous n’avez pas organisé de Grand Prix au cours des trois derniers jours. C’est un travail de quelques mois que nous avons dû mettre au rebut, ajuster et déplacer.

“Pendant le grand prix, j’ai 1200 personnes, ils avaient réservé leur semaine pour travailler pour nous, et quand vous déplacez la date six semaines avant, ils doivent changer tous leurs plans.

« Puis les spectateurs, évidemment. Tout le monde a réservé son avion, son train, son logement ou autre, et ils ont dû tout changer à nouveau. Cela a donc été un défi.

“Nous avons avancé la date d’une semaine à la demande de la F1 et nous avons perdu 20% des spectateurs, mais les billets ont été revendus tout de suite.”

Le GP de France a été annulé en 2019, mais cette année, le Paul Ricard a bénéficié d’une dérogation spéciale pour avoir plus de spectateurs que ce qui était autorisé jusqu’à présent lors des grands événements français pendant la pandémie de COVID-19.

“En France, normalement, vous ne pouvez pas avoir plus de 5 000 spectateurs par épreuve. En raison de la conception ou du tracé spécifique de la piste Paul Ricard, qui est évidemment très grande, nous pouvons avoir trois bulles complètement indépendantes.

« Nous avons été autorisés à avoir 15 000 spectateurs, donc trois fois 5 000. Et chaque bulle est complètement indépendante. Ils ont leur propre accès, leur propre parking. Personne ne peut croiser le chemin de qui que ce soit.

“Ce fut une période étrange pour tout le monde. Nous sommes heureux de pouvoir avoir une course, heureux d’avoir des spectateurs.

« Nous allons être le premier grand événement en France. Il y a Roland Garros et le Festival de Cannes, mais avec 15 000 spectateurs, c’est le plus gros à ce jour. Alors c’est bon d’être de retour.”

Les supporters regardent les qualifications depuis les terrasses, GP de France 2019

Les supporters regardent les qualifications depuis les terrasses, GP de France 2019

Photo par : Mark Sutton/Sutton Images

Interrogé sur le nombre de fans venus d’autres pays, Boullier a noté : « Le profil des spectateurs du GP de France est généralement de 15 % d’étrangers et 85 % de Français, et c’est assez similaire cette année.

Boullier a déclaré que le plus grand défi avait été d’organiser les formalités administratives pour permettre au personnel de F1 d’entrer en France, en particulier ceux venant du Royaume-Uni.

«Pour être honnête, le défi a été principalement de traiter avec les autorités, entre le ministre de la Santé ou le ministre de l’Intérieur, pour obtenir le laissez-passer pour que les britanniques puissent entrer, car ils ont été à Bakou, ce qui est hors d’Europe, moins de 14 jours avant l’entrée sur le territoire français.

“Cela a été le plus grand défi, obtenir l’autorisation du gouvernement pour les laisser entrer.”

Boullier a confirmé que le circuit Paul Ricard serait prêt à accueillir une autre course plus tard dans la saison, si certains événements flyaway sont annulés et qu’un espace est créé dans le calendrier.

Des conditions météorologiques favorables signifient que le circuit pourrait être utilisable jusqu’à la fin de l’année, bien qu’à l’heure actuelle, la F1 ne souhaite pas avoir à renvoyer le fret roulant vers l’Europe après le début de la séquence d’évasion aérienne en Russie en septembre.

“Nous sommes très heureux de faire ce qu’ils veulent”, a déclaré Boullier. “Ils doivent nous le dire à temps, mais bien sûr, nous serions intéressés. Pourquoi pas ?”