Robert De Niro parle de se battre à nouveau avec Christopher Walken dans la guerre avec son grand-père

C’est un champ de bataille différent de ce qu’ils ont connu auparavant, et un autre type de décor de film aussi. Perchés au sommet d’une série de trampolines, avec des surfaces rebondissantes sous les pieds et des ballons rouges roses dans leurs mains, Robert De Niro et Christopher Walken se tiennent côte à côte à l’écran pour la première fois depuis 1978. Le chasseur de cerfs. Dans ce film précédent, ils ont joué de jeunes hommes qui sont partis à la guerre avec impatience, mais maintenant ils sont dans un autre type de conflit ici. Ils sont au milieu de La guerre avec grand-pèrela plus grande bataille de.

La scène en question se produit au milieu du nouveau film familial mettant en vedette De Niro dans le rôle d’Ed, un grand-père à la retraite qui est forcé à contrecœur de déménager dans la maison familiale de sa fille adulte. Avec le déménagement, il a déplacé son petit-fils Peter (Oakes Fegley). C’est le différend incitant, qui a conduit le couple générationnel à se battre secrètement pour une seule chambre que seul l’un d’eux peut avoir. Leur guerre de farces a commencé comme un secret, mais au moment où Peter a enfilé ses camarades d’école et qu’Ed a fait venir les copains Jerry (Walken), Danny (Cheech Marin) et Diane (Jane Seymour), les choses se sont rapidement dégradées. Lorsque nous nous sommes assis avec De Niro et Fegley, ainsi qu’avec la co-star Laura Marano, nous avons demandé à De Niro de travailler avec Walken dans un autre type de film de guerre tant d’années plus tard.

«Eh bien, j’étais heureux que Chris l’ait fait», dit De Niro dans notre interview ci-dessous. «Nous nous connaissons depuis longtemps, nous avons travaillé ensemble et nous sommes simplement amis. Mais c’était génial qu’il en fasse partie. Il était très drôle, il est toujours agréable à regarder. Et lui et Cheech Marin, mes deux cohortes si vous voulez, c’était amusant.

Cela crée également une juxtaposition amusante, la paire lançant des balles esquives sur les enfants par rapport au moment où ils ont été forcés de jouer à la roulette russe l’un contre l’autre en Le chasseur de cerfs.