in

Plus d’un compte de streaming sur 4 est partagé – Le Streamable

Partager son mot de passe Netflix est un grand pas dans une relation. C’est un pas de plus que de laisser quelqu’un d’autre conduire votre voiture. Le partage du mot de passe est aussi, eh bien, mal. Mais beaucoup de gens semblent s’en moquer.

Le Leichtman Research Group a mené une enquête auprès de plus de 6 000 adultes et a constaté que le partage de services est assez courant. On estime que 27 % des services de streaming sont utilisés dans plus d’un foyer. Ce chiffre est réparti de manière assez égale entre les personnes qui paient et partagent (13 %) et celles qui font du parasitisme (12 %). Par ailleurs, 2 % de ces comptes partagés sont financés par une sorte d’accord de partage des coûts, ce qui permet à ces personnes de bénéficier d’un crédit partiel pour leur contribution.

Pourtant, la plupart d’entre vous respectent les règles. L’enquête montre que 69 % d’entre vous paient leurs propres services de streaming sans partager.

Il y a toutefois de fortes chances que vous connaissiez quelqu’un qui profite de la situation. L’enquête révèle que 16 % des foyers ont au moins un service de streaming entièrement payé par quelqu’un d’autre. Cette situation est plus probable si vous êtes jeune. Plus d’un adulte sur quatre entre 18 et 34 ans est un pique-assiette, contre 12 % pour les plus de 35 ans.

Compte tenu de la popularité du partage de mot de passe, les diffuseurs s’efforcent de réprimer cette pratique. Netflix a fait les gros titres dans le monde entier lorsqu’il a annoncé le mois dernier qu’il mettait au point de nouvelles méthodes pour détecter le partage de comptes. Bien que Netflix compte environ 200 millions d’abonnés, si nous appliquons cette enquête à ce nombre, cela fait 24 millions de plus qui pourraient bénéficier d’un tour gratuit. Imaginez combien de films supplémentaires Netflix pourrait financer avec cet argent.

L’enquête a révélé que le partage de compte pour le streaming de télévision en direct est légèrement moins courant, avec 20 % de ces services partagés en dehors du domicile. Et il semble bien que nous soyons de plus en plus friands de nos streamers de télévision en direct. En 2018, 27 % d’entre nous prévoyaient d’abandonner leur fournisseur dans les six mois. Aujourd’hui, ce chiffre n’est plus que de 13 %.

Les services de streaming se retrouvent dans une situation délicate avec cette pratique. Réprimez trop fort, et ils risquent de se mettre à dos leurs abonnés. S’ils sont trop laxistes, ils perdent les revenus qu’ils ont gagnés. Il est peut-être temps de faire revivre ce message d’intérêt public du milieu des années 90 :